06.09.2019 à 05:35

Sacha Baron Cohen dans «The Spy»

«Pour ce rôle, le plus difficile a été l'accent»

Dans «The Spy», Sacha Baron Cohen joue Eli Cohen, un espion israélien infiltré en Syrie qui a existé.

de
Henry Arnaud, Hollywood
1 / 10
Dans la minisérie «The Spy», disponible dès le 6 septembre 2019 sur Netflix, Sacha Baron Cohen incarne l'espion du Mossad Eli Cohen.

Dans la minisérie «The Spy», disponible dès le 6 septembre 2019 sur Netflix, Sacha Baron Cohen incarne l'espion du Mossad Eli Cohen.

David Lukacs
L'acteur britannique, ici le 31 juillet 2019, est un spécialiste des transformations pour ses rôles.

L'acteur britannique, ici le 31 juillet 2019, est un spécialiste des transformations pour ses rôles.

AFP/Rich Fury
Le voici dans la peau d'Ali G, en 2002.

Le voici dans la peau d'Ali G, en 2002.

AP/Frances Leader

Disponible dès le 6 septembre 2019 sur Netflix, «The Spy» permet à l'acteur britannique de jouer son premier grand rôle dramatique.

Eli Cohen est devenu un agent du Mossad alors que son épouse était enceinte et il a sacrifié sa vie privée pour Israël. Pourriez-vous vous imaginer dans cette situation?

Non. Pour comprendre Eli Cohen, il faut se placer dans le contexte historique. Nous sommes en 1961, on découvre les horreurs de l'Holocauste. Il y a un sentiment de terreur dans l'esprit des Juifs. En me glissant dans ce rôle, j'ai compris la notion du sacrifice d'Eli Cohen pour sauver Israël. Il s'est dit qu'en protégeant son pays, il protégeait sa famille.

Connaissiez-vous l'histoire de cet espion avant de commencer la série?

Oui, mon père avait le livre «Notre agent à Damas», qui raconte sa vie. On m'a approché à plusieurs reprises pour l'incarner, mais le scénario n'était jamais assez fort. Celui de cette mini­série m'a accroché, car on y décrit à merveille cet homme ordinaire, comptable dans un supermarché, qui devient le plus grand espion de toute l'histoire d'Israël.

Comment vous êtes-vous préparé?

Le plus dur a été de maîtriser l'accent, car il était Juif égyptien, mais devait avoir un accent argentino-syrien lorsqu'il parlait arabe. La différence entre les deux est énorme et il m'a fallu beaucoup de temps pour y arriver.

Vous êtes doué pour vous rendre méconnaissable dans vos films. Vous pensez pouvoir être un bon espion?

Certainement, mais je ne voudrais pas prendre le risque de me faire torturer... ou uniquement s'il s'agit d'un jeu sexuel et que je peux choisir la personne qui me torture (rires). Me faire torturer de plaisir, je veux bien!

La bande-annonce de «The Spy»:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!