19.03.2020 à 08:05

Football

«Pour cet été, c'est le vide, il n'y a plus rien»

Patron d'une agence de voyages spécialisée dans les camps d'entraînement, Richard Wey devait emmener des fans suisses à l'Euro. Il raconte son quotidien.

de
Sport-Center
Les fans helvétiques en sont quitte pour ranger les drapeaux. Repoussé d'une année, l'Euro 2020 se disputera du 11 juin au 11 juillet 2021.

Les fans helvétiques en sont quitte pour ranger les drapeaux. Repoussé d'une année, l'Euro 2020 se disputera du 11 juin au 11 juillet 2021.

Keystone

Richard Wey est bien connu dans le milieu du football helvétique. Il a notamment été entraîneur, manager (à YB voici une vingtaine d'années) et instructeur ASF, mais c'est principalement en tant que patron d'une agence de voyage spécialisée dans le sport qu'il s'est fait connaître.

A l'enseigne de «Destination Travel», basé à Berne, il organise des camps d'entraînement et des matches amicaux à travers toute l'Europe, aussi bien pour les clubs professionnels – le FC Bâle, Lucerne et Grasshopper, pour ne citer que quelque-uns de ses clients réguliers – que les amateurs issus des ligues inférieures. A l'étranger, Crystal Palace, Eintracht Francfort, Stoke City ou encore Benfica ont déjà recouru à ses services.

Aujourd'hui que le monde tourne au ralenti, il est inquiet, très inquiet même. «Je suis devant ma TV, je regarde les infos et je me dis chaque jour davantage que l'on court à la catastrophe. J'ai six employés. Avec mes réserves, je peux encore tenir quelque temps mais après, cela deviendra très difficile, sinon même impossible.»

Car dans son agence, c'est le calme plat pour les derniers employés, passés en mode télétravail. «Les seuls téléphones que l'on reçoit, ce sont pour des annulations. C'est très dur à vivre. Pour cet été, c'est le vide, il n'y a plus rien. Trente camps d'entraînements ont déjà été annulés, et tout le monde veut son argent en retour. Seule petite consolation, tous nos clients qui étaient encore à l'étranger la semaine passée ont pu rentrer en Suisse. Une équipe de 2e ligue se trouvait à Chypre. Elle a pu prendre un vol jusqu'à Vienne, mais le vol entre Vienne et Zurich a été supprimé en raison de la fermeture des frontières. Il a fallu s'adapter.»

Une centaine de fans impactés

Depuis mardi et le report de l'Euro 2020 d'une année, ce sont d'autres soucis qui s'amoncellent. «Pour cet événement, on avait prévu plusieurs offres pour les fans de l'équipe de Suisse, soit à Rome, soit à Bakou, ou des voyages combinés. Beaucoup d'argent est aujourd'hui bloqué à l'étranger, que je risque de ne jamais revoir. Les réservations marchaient bien, même si on avait limité les risques en n'affrétant pas de charters. Pour l'Azerbaïdjan, on avait bloqué des contingents de places chez Ukraine Air ainsi que chez Turkish Airlines.»

Dans son agence spécialisée, le renvoi de l'Euro à l'été 2021 concerne 40 dossiers, soit plus d'une centaine de supporters. Voyagiste officiel de l'ASF et de l'équipe nationale, Travel Club est encore bien davantage impacté, avec des centaines de dossiers suspendus. Concernant les billets de matches proprement dit, l'UEFA, en tant qu'organisateur, a informé qu'ils demeuraient valables (ce qui n'exclut pas des remboursements pour les personnes qui le souhaiteraient).

«Il y a assez d'argent dans ce pays»

Que va-t-il se passer demain, dans 30 jours, dans six mois peut-être? «Si tout va bien, reprend le patron de Destination Travel, j'espère que l'on pourra refaire des affaires cet été déjà. En attendant, il faut que la Confédération soutienne les PME et les entreprises afin de nous sauver. Je pense qu'il y a assez d'argent dans ce pays. Or cet argent, il faut l'utiliser à destination de ceux qui en ont besoin. En 2008, le Conseil Fédéral avait injecté des dizaines de milliards pour sauver UBS. Aujourd'hui, on attend de l'aide.»

A bientôt 70 ans, Richard Wey travaille depuis chez lui. Pour lui comme tant d'autres, l'avenir est flou, incertain. D'autant qu'il s'apprêtait à remettre son agence. «Je devais vendre l'agence à mes employés. Avec ce qui nous est tombé dessus, tout est bien sûr bloqué.»

Nicolas Jacquier

Richard Wey, patron de l'agence de voyages «Destination Travel». (Bild: DR)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!