Actualisé 23.04.2008 à 11:56

Pour couvrir un glacier, il faut un permis de bâtir

La décision du Tribunal cantonal de conditionner la couverture d'un glacier à autorisation de construire suscite l'incompréhension de la Société de remontées mécaniques de Zermatt(VS).

Un recours au Tribunal fédéral est examiné.

Pour Christen Baumann, directeur de la Société de remontées mécaniques de Zermatt, l'arrêt du 17 avril du Tribunal cantonal est une embûche de plus au développement du tourisme. Sans parler de sa mise en oeuvre qui pose problème.

Car, selon Christen Baumann, il sera difficile de concilier la durée d'une procédure d'autorisation de bâtir avec la souplesse et la rapidité avec laquelle doit être prise une décision de couvrir une partie du glacier.

La société de remontées mécaniques de Zermatt, qui, avec celle de Saas-Fee, avait fait recours contre les décisions de la Commission cantonale des constructions et du Conseil d'Etat, va maintenant étudier dans le détail le jugement du Tribunal cantonal. Puis, elle décidera d'un éventuel recours au Tribunal fédéral.

Durant les dernières années, la société de Zermatt a couvert des parties du glacier du Théodule, notamment pour sécuriser l'aire d'arrivée du téléphérique du Petit Cervin. Les protections ont chaque fois été posées en été pour une durée de 4 mois environ.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!