Franc fort: Pour de meilleures conditions cadres
Actualisé

Franc fortPour de meilleures conditions cadres

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann poursuit ses consultations sur le franc fort.

Au cours d'une deuxième table ronde lundi, les représentants des milieux économiques ont fait part de leurs difficultés croissantes au conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann. Ils attendent des instances politiques qu'elles améliorent rapidement les conditions cadres.

Aux yeux des représentants de l'économie, la priorité absolue est de contenir la bureaucratie dans le droit en vigueur et les projets de loi, ainsi que d'abaisser les coûts pour les entreprises, indique le Département fédéral de l«économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

Plusieurs branches ont également souligné l'importance de la Commission de la technologie et de l'innovation (CTI) pour optimiser la compétitivité et renforcer la capacité d'innovation des PME notamment. Elles ont suggéré d'examiner l'octroi de prestations financières supplémentaires, comme en 2011. Elles rejettent en revanche un programme conjoncturel.

Difficultés croissantes

Dans leur analyse de la situation, les représentants de l'économie ont fait état de difficultés croissantes liées au franc fort. Les secteurs axés sur l'exportation, en particulier, doivent faire face à une réduction de leurs marges et à une diminution des commandes.

Les branches tournées vers le marché intérieur, comme le commerce de détail, constatent également une forte chute de leur chiffre d'affaires et de leurs recettes. Pour sa part, le secteur financier est confronté aux conséquences des taux d'intérêts négatifs.

Si le franc se maintient à un niveau élevé et les incertitudes persistent, les participants à la table ronde s'attendent à un assombrissement des perspectives. Ils s'attendent également à un profond changement structurel et à une désindustrialisation accrue.

Au vu de cette situation «tendue», une part croissante d'entreprises se voient contraintes d'examiner des mesures touchant le personnel et des délocalisations, écrit encore le DEFR. (ats)

Ton opinion