Actualisé

ViolencePour en finir avec les coups à la maison

Isabel Rochat rompt le Silence dans le cadre de la campagne de prévention «Stop violences à la maison».

par
Winnie Covo

La conseillère d'État en charge du Département de la sécurité de la police et de l'environnement (DSPE) s'est dite déterminée à briser la «spirale infernale de la violence domestique».

Dans le canton de Genève, quatre homicides sur les huit recensés en 2009 concernaient la violence domestique ; la proportion était de 9 sur 43, en matière de tentative d'homicide. «Nous sommes déterminés à briser la spirale infernale», a déclaré Isabel Rochat. La magistrate a lancé mardi la campagne «Stop violences à la maison» en compagnie de David Bourgoz, Délégué aux violences domestiques et Muriel Golay, directrice ad interim du Service pour la promotion de l'égalité entre homme et femme. Cette initiative est le fruit de deux ans de travail et de collaboration entre le Canton, la police et des associations œuvrant sur le terrain. La démarche vise à apporter du soutien aux protagonistes de la violence domestique tout en sensibilisant la population sur un phénomène qui reste encore tabou. «Il nous faut agir plus en amont afin d'éviter qu'une situation aboutisse à la destruction morale ou physique d'une personne», a souligné Madame Rochat.

Diffusée sous formes d'un spot publicitaire, d'encarts dans la presse, ou par le biais d'un prospectus apportant les réponses aux questions élémentaires, la campagne a été lancée pour une année. «Nous voulions une campagne simple et compréhensible, afin que les gens puissent comprendre en deux ou trois mots à qui s'adresser » a expliqué David Bourgoz.

«Brisons le silence», en est le slogan, accompagné du numéro d'urgence (0840 110 110), gratuit et accessible 24/24 à toutes personnes, victimes, auteurs, témoins ou proches de violences domestiques. «Notre but est d'inciter les protagoniste à rompre avec l'isolement et à rechercher de l'aide», souligne Muriel Golay. Et de rappeler que 80% des victimes sont encore aujourd'hui des femmes.

Isabel Rochat a indiqué de plus que des modules de formation ont été crée afin de préparer les policiers genevois à ce type de violence. Un travail en amont dans leur formation de base a été instauré ainsi qu'un système de formation continue. «Depuis 2009, celle-ci est obligatoire pour les policiers en service sur le terrain depuis 6 à 10 ans», a ajouté la conseillère d'État.

A noter que Genève est l'unique canton romand à disposer d'un délégué aux violences domestiques.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!