Actualisé 03.03.2008 à 18:31

Pour Hitzfeld, la Suisse sera en Afrique du Sud

La cravate déjà aux couleurs de l'ASF, Ottmar Hitzfeld a promis presque la lune lors de son intronisation devant la presse comme le successeur de Köi Kuhn dès le 1er juillet 2008.

"La Suisse sera en Afrique du Sud ! Je suis convaincu que nous nous qualifierons pour la Coupe du monde 2010", a affirmé l'actuel entraîneur du Bayern Munich à l'aéroport de Kloten.

Ottmar Hitzfeld assure qu'il a fait le bon choix. "Trois options s'offraient à moi après avoir décidé de ne pas prolonger mon contrat au Bayern: retravailler à la télévision, entraîner un autre club ou répondre à l'offre de l'ASF, poursuit-il. Je n'ai pas hésité longtemps. Même si je mesure pleinement la difficulté de ma tâche devant l'attente très grande que suscite l'équipe de Suisse et même si je suis d'une nature très prudente, je crois vraiment avoir pris la bonne décision. J'en suis sûr. J'aurai la chance de diriger des joueurs de grandes valeur et qui sont encore loin d'être à l'apogée de leur carrière".

D'ici le 1er juillet, Ottmar Hitzfeld entend observer une très grande distance avec l'équipe de Suisse. "Köbi Kuhn est non seulement mon ami mais une personne à laquelle j'accorde un très grand respect, lâche-t-il. Je ne m'immiscerai en aucun cas dans son travail. Il a réussi quelque chose de sensationnel avec l'équipe de Suisse. Il a placé la barre très haut..."

Obtenir le concours de Michel Pont, l'assistant de Köbi Kuhn, était, selon Ottmar Hitzfeld, un impératif afin de mettre tous les atouts de son côté. "J'ai observé le travail de Michel Pont, lance-t-il. J'ai également écouté Köbi Kuhn. J'ai, enfin, rencontré Michel Pont il y a quinze jours à Munich. Le contact s'est fort bien passé. Il n'y avait aucune raison pour que je ne demande pas à l'ASF de prolonger son contrat".

Comme Ottmar Hitzfeld, le Genevois a signé un nouveau contrat qui court jusqu'au 30 juin 2010. "Je pensais fermer la page de l'équipe de Suisse en même temps que Köbi Kuhn, explique Michel Pont. Mais quand un entraîneur de la renommée d'Ottmar Hitzfeld souhaite travailler avec vous, le temps de la réflexion s'impose. C'est une sorte de reconnaissance pour le travail que j'ai accompli depuis sept ans. Je suis honoré de cette confiance. J'espère la lui rendre". (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!