Censure sur Internet: Pour l'Inde, le «Dauphiné Libéré» est un site porno
Actualisé

Censure sur InternetPour l'Inde, le «Dauphiné Libéré» est un site porno

Une liste de 857 sites jugés pornographiques ont été interdits en Inde, dont un étrange ledauphine.com. Mercredi, New Dehli est revenu sur sa décision.

par
jv/20minutes/afp

L'Inde a renoncé à bloquer des centaines de sites internet pornographiques face aux accusations de censure portées contre les autorités. Le ministère des télécommunications avait demandé samedi aux fournisseurs d'accès à internet de bloquer 857 sites pornographiques jugés «répréhensibles» car contraires à la «moralité» ou présentant des contenus pédophiles. Il s'agissait de la première attaque notable du gouvernement du nationaliste hindou Narendra Modi contre la pornographie en ligne.

Mais cette interdiction a suscité un tollé tout en étant tournée en dérision, ce qui a contraint le gouvernement à revenir sur sa décision mardi soir, et à autoriser l'accès aux sites en question à l'exception de ceux diffusant des contenus pédopornographiques. «Les fournisseurs d'accès sont libres de permettre l'accès aux sites qui avaient été interdits et ne présentant pas de contenu pédophile», a déclaré un porte-parole du ministère mercredi à l'AFP.

Certains fournisseurs ont cependant expliqué attendre davantage d'éclaircissements de la part des autorités, jugeant que la nouvelle directive leur laissait la responsabilité d'empêcher l'accès aux contenus pédophiles. «C'est un ordre très très vague. Tant que nous n'aurons pas de réponses claires, nous continuerons de bloquer les sites», a ainsi dit à l'AFP Rajesh Chharia, président de l'Association des fournisseurs d'accès indiens.

Quelques trouvailles dans la liste

La liste de 857 sites établie par les autorités indiennes comportaient quelques curiosités. En effet, il semble que ce soit un robot qui ait établi cette liste, sur la base de mots clés. On peut y trouver par exemple un site humoristique qui parodie des poupées d'un célèbre marionnettiste américain. Mais dans son nom de domaine, il y a «fuckdolls», suffisant pour être blacklisté.

Plus étonnant, le site ledauphine.com, site Internet du quotidien français Le Dauphiné Libéré, est visible à la 134e position de la liste publiée sur Deccan Chronicle, rapporte Le Monde. Les autres sites semblent être effectivement tous des sites pornographiques. Reste à savoir combien de temps cette liste «provisoire» fera loi. En tout cas, depuis ce week-end, les internautes indiens ne peuvent plus consulter leurs sites x préférés, ni l'actualité en Rhône-Alpes.

(jv/20minutes/afp/afp)

Ton opinion