L'éco en bref: Starbucks quitte définitivement la Russie

L'éco en bref Starbucks quitte définitivement la Russie

Suivez l'actualité économique en Suisse et dans le monde.

par
La rédaction

Ton opinion

lundi, 23.05.2022
14:24

Starbucks quitte définitivement la Russie, fermant ses 130 cafés sous licence

Starbucks, qui avait temporairement fermé les 130 établissements portant son nom en Russie après l’invasion de l’Ukraine, a annoncé lundi avoir pris la décision de quitter définitivement le pays, s’inscrivant ainsi dans le sillage d’autres multinationales comme McDonald’s. La chaîne de cafés, qui opérait en Russie via un partenaire sous licence, va continuer à payer les quelque 2000 employés travaillant en son nom pendant six mois, a indiqué l’entreprise dans un message sur son site.

REUTERS

11:12

Une danse avec Poutine et puis s'en va

L’ancienne ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl, qui avait dansé une valse avec le président russe Vladimir Poutine en 2018, a quitté le conseil d’administration de Rosneft, a annoncé lundi, le géant pétrolier russe.

Vendredi, le groupe avait déjà annoncé le départ de l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, sous le feu des critiques depuis l’offensive russe en raison de sa proximité avec le président russe. Matthias Warnig, qui avait débuté sa carrière dans les sphères du pouvoir en RDA communiste, a lui aussi jeté l'éponge.

Désignée par le parti d’extrême droite FPÖ à la tête de la diplomatie autrichienne où elle est restée entre décembre 2017 et mai 2019, Kneissl avait convié Vladimir Poutine à ses noces. Les médias proches du Kremlin s’étaient fait une joie de publier des images de la mariée valsant avec le président russe, qu’elle gratifia d’une profonde révérence.

En mars dernier, la presse autrichienne a révélé que Poutine, en remerciement de l’invitation à son mariage, avait offert à Kneissl des boucles d’oreilles en or blanc ornées de saphirs, estimées à 50'000 euros. Les bijoux en question se trouvent désormais dans les réserves du gouvernement.

AFP
10:47

France: l'enseigne de prêt-à-porter Pimkie cherche un repreneur

L’association familiale Mulliez (AFM) cherche un repreneur pour son enseigne de prêt-à-porter féminin Pimkie, qui connaît des difficultés, depuis plus d’une décennie, selon direction et syndicats lundi, confirmant une information du média spécialisé Fashion Network.

Pimkie, qui compte 232 magasins en propre et 81 en affiliation pour 1500 salariés, avait réalisé près de 200 millions d’euros de ventes en 2020. L’enseigne fondée en 1971 avait nommé début janvier Philippe Favre, dirigeant spécialisé dans la gestion d’entreprises en difficulté, au poste de directeur général.

L’enseigne subit depuis le début du XXIe siècle la crise du textile, qui a fait souffrir de nombreux groupes autrefois florissants du secteur de l’habillement, comme André, Camaieu ou La Halle par exemple.

AFP

10:41

HSBC suspend un haut dirigeant pour avoir minimisé le changement climatique

HSBC a suspendu l’un de ses hauts dirigeants qui a tenu des propos minimisant l’impact du changement climatique, affirme le «Financial Times», citant des sources proches du dossier. Stuart Kirk, directeur mondial de l’investissement responsable à la division de gestion d’actif du groupe bancaire britannique, aurait été écarté après avoir déclaré: «Qu’est-ce que ça peut faire si Miami est six mètres sous l’eau dans 100 ans? Amsterdam est sous l’eau depuis des lustres, et c’est un endroit très agréable. Nous nous adapterons.»

Bien que le directeur général du groupe se soit distancié publiquement de ces déclarations, affirmant qu'elles n'étaient pas «en ligne avec la stratégie d'HSBC», des associations de défense de l’environnement ont fait part de leurs inquiétudes, sur les engagements réels en matière de neutralité carbonne de la banque britannique.

«Le fait que cela vienne du directeur mondial de l’investissement responsable fait frissonner», a affirmé Veronica Oakeshott, une porte-parole de l’ONG Global Witness. Dénonçant «tout un secteur qui continue à financer la déforestation, les carburants fossiles et l’effondrement climatique», elle accuse HSBC d’être «l’une des pires» banques.

REUTERS

09:53

Le pétrole en timide hausse avec les premiers déverrouillages en Chine

Les prix du pétrole étaient en légère hausse, lundi, soutenus par les adoucissements des restrictions sanitaires en Chine, rassurant sur la demande, comme par le projet européen d’embargo sur le pétrole russe qui se profile.

Vers 11h, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet prenait 0,63% à 113,26 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en juillet, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, augmentait quant à lui de 0,55% à 110,29 dollars.

09:46

L’euro grimpe de 1% face au dollar

L’euro progressait fortement lundi, face à un dollar miné par le retour de l’appétit pour le risque, la devise européenne profitant en outre du calendrier plus précis de resserrement de politique monétaire de la Banque centrale européenne. Vers 11h25, l’euro prenait 1,05% à 1,0673 dollar, un sommet depuis un mois.

REUTERS

09:18

La Bourse de Paris bascule dans le rouge, lestée par les risques économiques

La Bourse de Paris réduisait son enthousiasme, lundi matin, basculant dans le rouge, après une ouverture en nette hausse, le rebond technique en vue à Wall Street ne suffisant plus à motiver les investisseurs qui craignent toujours plus la récession.

À 10h50, l’indice CAC 40 se repliait de 0,06% à 6281,27 euros, après avoir débuté la semaine en hausse de plus de 1%. Vendredi, la cote parisienne avait rebondi légèrement de 0,20%, mais affiché un bilan négatif de 1,22% sur la semaine.

Les places européennes ont perdu du terrain, la semaine dernière, mais ont mieux résisté que les marchés américains, bien que la guerre en Ukraine assombrisse les perspectives économiques de la zone euro.

08:57

Les règles budgétaires de l’UE resteront suspendues en 2023 à cause de la guerre

Les règles de discipline budgétaire imposées aux États membres de l’UE, qui ne sont plus appliquées depuis mars 2020, resteront suspendues en 2023, en raison du choc économique provoqué par la guerre en Ukraine, a annoncé lundi, la Commission européenne.

«L’incertitude accrue et les risques importants de dégradation des perspectives économiques dans le contexte de la guerre en Ukraine, les hausses sans précédent des prix de l’énergie et les perturbations persistantes de la chaîne d’approvisionnement justifient la prolongation» de cette suspension, a expliqué l’exécutif européen, dans un communiqué.

08:50

Selon Christine Lagarde, l’ère des taux négatifs pourrait finir d'ici l'automne

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a signalé lundi, qu’une sortie de l’ère des taux négatifs pourrait intervenir d'ici à l'automne, face à une inflation galopante qui force l’institut à réagir.

«Sur la base des perspectives actuelles, nous serons probablement en mesure de sortir des taux d’intérêt négatifs, d’ici la fin du troisième trimestre», écrit la banquière centrale, dans un billet de blog posté sur le site de l’institution. La première remontée des taux devrait être décidée en juillet, ajoute-t-elle.

dimanche, 22.05.2022
21:15

L’Allemagne en discussions «intensives» avec le Sénégal autour du gaz

L’Allemagne est en discussions «intensives» avec le Sénégal pour participer à des projets autour des ressources en gaz du pays ouest-africain, qui est lui-même prêt à alimenter l’Europe, ont dit dimanche le chancelier allemand Olaf Scholz et le président sénégalais Macky Sall, lors d’une conférence de presse conjointe à Dakar, avec la guerre en Ukraine en toile de fond.

AFP

Le Sénégal, pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, place beaucoup d’espoir dans l’exploitation future commune avec la Mauritanie des champs de gaz et de pétrole découverts dans l’Atlantique ces dernières années. L’Allemagne est déjà engagée au Sénégal dans des projets d’énergie renouvelable ou de stockage de l’énergie, et des discussions ont commencé en ce qui concerne le gaz.

19:10

A Davos, le FMI défend la mondialisation et le commerce sans barrière

Face à une économie mondiale confrontée «à une confluence potentielle de calamités», le FMI va défendre à Davos la mondialisation et exhorter les pays à ne pas céder à la tentation du protectionnisme. «Alors que les décideurs politiques et les chefs d’entreprise se dirigent vers Davos, l’économie mondiale est peut-être confrontée à son plus grand test depuis la Seconde Guerre mondiale», estiment dimanche la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, et la numéro 2 de l’institution, Gita Gopinath, dans un blog qu’elles cosignent avec la directrice de la stratégie, Ceyla Pazarbasioglu.

Après deux années de pause pour cause de pandémie, les élites politiques et économiques mondiales font leur retour en personne au Forum économique mondial (WEF) dans la station suisse. La réunion sera largement dominée par la guerre en Ukraine et son lot de conséquences dont la crise alimentaire mondiale.

AFP
samedi, 21.05.2022
09:47

La France veut agir contre l'inflation

La «priorité» du nouveau gouvernement sera la «protection des Français contre l’inflation», proche de 5% sur un an en avril, a assuré samedi le numéro 2 de l’exécutif Bruno Le Maire à Paris.

«Dès demain nous allons donc nous atteler (...) à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat», a affirmé le ministre de l’Economie et des Finances reconduit vendredi dans ses fonctions après un premier quinquennat à Bercy. «Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étudier avec eux comment ils peuvent aussi participer à la protection des Français contre la hausse des prix», a-t-il ajouté.

Reuters
05:25

Le gaz russe pour la Finlande a été coupé

L’approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi, a déclaré la compagnie énergétique publique finlandaise, après que le pays nordique a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles.

«Les livraisons de gaz naturel à la Finlande dans le cadre du contrat d’approvisionnement de Gasum ont été interrompues», a déclaré la compagnie dans un communiqué, ajoutant que le gaz serait dorénavant fourni par d’autres sources via le gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l’Estonie.

vendredi, 20.05.2022
16:50

Le recours au FMI «indispensable» en Tunisie, selon la Banque centrale

Le recours à un prêt du Fonds monétaire international (FMI) devient «indispensable» en Tunisie, pour faire face à un gonflement du déficit budgétaire et de l’endettement sous l’effet de la guerre en Ukraine, a estimé vendredi, le gouverneur de la Banque centrale (BCT).

Le déficit budgétaire, prévu jusqu’à présent à 6,7% pour 2022, devrait être «de l’ordre de 9,7% du PIB», soit trois points supplémentaires, a déclaré Marouane Abassi, gouverneur de la BCT, lors d’un forum sur la fiscalité à Sfax (centre-est).

14:52

États-Unis et Taïwan veulent renforcer leurs liens économiques

Les États-Unis et Taïwan ont décidé de renforcer leurs relations commerciales qui pour l’heure ne sont pas scellées par un accord bilatéral, a annoncé vendredi l’administration Biden.

La représentante américaine au Commerce Katherine Tai (photo) et le ministre taïwanais John Deng se sont rencontrés et «ont chargé leurs équipes d’explorer des moyens concrets d’approfondir les relations commerciales et d’investissement entre les États-Unis et Taïwan», a annoncé vendredi Washington.

REUTERS

Les deux hauts responsables doivent «se rencontrer à nouveau dans les semaines à venir pour discuter de la voie à suivre.» Les États-Unis et Taïwan avaient signé en 1994 un cadre pour le commerce et les investissements. Washington est le plus important partenaire et fournisseur d’armes de Taïwan.

Les États-Unis, comme la plupart des pays, ne reconnaissent pas officiellement Taïwan, mais ils soutiennent fortement l’île dont ils mettent en avant le statut «démocratique» en l’opposant à ce qu’ils jugent être une «autocratie» chinoise. De son côté, la Chine considère Taïwan comme une de ses provinces et conteste toute relation officielle entre l’île de 23 millions d’habitants et des pays étrangers.

14:14

Brexit: Londres et Mexico lancent des négociations pour un nouvel accord commercial

Le Royaume-Uni et le Mexique ont entamé vendredi des négociations en vue d’un nouvel accord commercial post-Brexit, qui viendra remplacer un traité précédent hérité de l’UE, a annoncé Londres vendredi.

«Cet accord amélioré transformerait notre relation avec le Mexique», assure la ministre britannique du Commerce international, Anne-Marie Trevelyan (photo, à g.), qui y voit une chance d’accroître l’accès des entreprises britanniques à un marché en pleine croissance.

REUTERS

Le Mexique pourrait en effet avoir pratiquement 150 millions d’habitants en 2035, souligne l’exécutif britannique, ce qui offrirait des débouchés «dans des domaines tels que les services financiers et le numérique» mais aussi les véhicules autonomes, les technologies vertes ou le whisky écossais.

Les discussions avec le Mexique ont été lancées vendredi dans la capitale britannique entre Anne-Marie Trevelyan et son homologue mexicaine, Tatiana Clouthier (à dr.).

13:51

Les États-Unis «saluent» l’interdiction de la 5G de Huawei au Canada

Les États-Unis ont «salué» jeudi la décision du Canada d’exclure le groupe chinois Huawei du déploiement de son réseau très haut débit 5G, condamnée par Pékin.

«Les États-Unis soutiennent les efforts pour faire en sorte que les pays, les entreprises et les citoyens puissent avoir confiance dans leurs réseaux sans fil et leurs opérateurs. Nous continuons à travailler avec des alliés comme le Canada pour garantir notre sécurité partagée», a dit un porte-parole de la diplomatie américaine.

AFP
13:45

Nouveau retard et un coût qui flambe pour les réacteurs EPR d’EDF en Angleterre

Des délais et des coûts supplémentaires: le chantier de la centrale nucléaire EPR construite par EDF à Hinkley Point (photo) en Angleterre connaît un nouveau dérapage que le gouvernement britannique a cependant minimisé vendredi.

Le démarrage du premier réacteur est désormais prévu «en juin 2027», a dévoilé l’énergéticien français dans un communiqué dans la nuit de jeudi. La centrale, en construction depuis 2016 dans le Sommerset (sud-ouest de l’Angleterre), devait démarrer initialement fin 2025, un calendrier déjà reporté l’an dernier à juin 2026.

AFP

EDF chiffre le nouveau surcoût du chantier à au moins 3 milliards de livres (3,6 milliards de francs environ). Au total, la centrale devrait ainsi coûter «entre 25 et 26 milliards de livres sterling», contre 18 milliards prévus en 2016 lors du feu vert de Londres, un montant déjà réévalué entre 22 et 23 milliards de livres.

Le gouvernement britannique a réagi en affirmant vouloir continuer à «travailler étroitement avec EDF pour finaliser Hinkley Point C» et en soulignant que le surcoût ne sera pas supporté par les contribuables. Notre article est à retrouver ici.

13:32

«Les taux d’intérêt négatifs appartiennent au passé»

Le patron de la Bundesbank allemande a plaidé vendredi pour un relèvement rapide des taux intérêt de la Banque centrale européenne afin de juguler la flambée des prix, estimant que «les taux d’intérêt négatifs appartiennent au passé».

«Lorsque vous êtes dans un environnement de taux d’inflation autour de 7% (...), la conclusion est que les taux d’intérêt doivent augmenter», a déclaré Joachim Nagel à l’issue d’une réunion du G7 en Allemagne, dont les réprésentants ont appelé les banques centrales à agir avec détermination contre l’inflation.

AFP
12:08

L’ex-chancelier allemand Schröder quitte le conseil d’administration de Rosneft

L’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, proche de Vladimir Poutine, sous le feu des critiques avec l’offensive russe contre l’Ukraine, va finalement quitter le conseil d’administration de Rosneft, a annoncé le groupe pétrolier russe. Selon ce dernier, Gerhard Schröder a informé la compagnie qu’il ne pouvait prolonger ses fonctions au sein du conseil d’administration.

Jeudi, le Bundestag, la Chambre basse du Parlement allemand, a décidé de le priver de certains de ses avantages d’ex-chancelier, et les députés du parlement européen ont voté à une large majorité une résolution non contraignante lui demandant nommément de démissionner de ses postes.

AFP
0 commentaires