lausanne: Pour la gauche, la station du Flon n'est pas une gare
Actualisé

lausannePour la gauche, la station du Flon n'est pas une gare

La majorité du Conseil communal conteste le statut d'une station du M2 pour y empêcher l'ouverture prolongée des magasins.

par
Frédéric Nejad

Une fois de plus, les radicaux, libéraux, PDC et UDC ont soutenu la Municipalité majoritairement à gauche, mardi soir, lors d'un débat au Conseil communal. En face, PS, Verts et A gauche toute! ont voté en faveur d'une résolution de Rebecca Ruiz.

La socialiste conteste la légalité des heures d'ouverture prolongée des commerces dans la gare du métro M2 au Flon. «En lisant «20 minutes», j'ai appris que ces commerces pouvaient ouvrir jusqu'à 22 h 30 parce qu'ils échappent au règlement communal, explique-t-elle. Et les syndicats n'avaient pas été consultés.»

Le M2 étant assimilé, par Berne, à un train, le tracé du métro et ses gares sont régis par la loi fédérale. Rebecca Ruiz a alors découvert que pour prétendre avoir le statut d'une «gare», au sens juridique, il faut répondre à des critères définis par le Département fédéral de l'économie: le Canton ou l'exploitant du M2 (les TL) doivent en avoir fait la demande à Berne.

Autre possibilité pour accéder à la précieuses dénomination: la «gare, d'importance régionale», doit réaliser un chiffre d'affaires de 20 millions de francs par an. «Ce n'est pas le cas», affirme l'élue socialiste.

Le municipal radical Olivier Français rappelle qu'avec 65 000 passagers par jour, la station du Flon se positionne comme 3e gare de Suisse romande. De son côté, le conseiller communal radical Serge Segura souligne le sentiment de sécurité que des boutiques ouvertes instaurent dans ces gares.

Une opinion qui trouve un écho favorable chez le municipal POP Marc Vuilleumier.

Ton opinion