09.02.2017 à 09:23

Soupçons de viol à la matraquePour la police des polices, Théo n'a pas été violé

L'enquête de l'Inspection générale de la police privilégie la thèse de l'accident après l'interpellation musclée de Théo jeudi dernier en banlieue parisienne.

par
alc/afp
Toujours hospitalisé, Théo a reçu la visite de François Hollande le 7 février.

Toujours hospitalisé, Théo a reçu la visite de François Hollande le 7 février.

AFP/Arnaud Journois

Les premiers éléments de l'enquête sur l'arrestation sanglante du jeune Théo auraient été transmis par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) à la juge d'instruction. Selon les informations de LCI, la police des polices privilégierait la thèse de l'accident et non celle du viol.

Le 2 février, Théo, 22 ans, a été gravement blessé avec une matraque, lors d'une interpellation par des policiers à Aulnay-sous-Bois (banlieue parisienne). Il assure avoir été violé.

Le climat à Aulnay-sous-Bois toujours tendu

Des incidents sporadiques se sont produits dans la nuit de mardi à mercredi dans plusieurs communes de Seine-Saint-Denis à la suite de l'interpellation violente d'un jeune homme.

Selon LCI, l'IGPN aurait visionné les images de vidéosurveillance avant de conclure à une «opération qui tourne mal». Théo ne se serait pas laissé passer les menottes, ce qui aurait déclenché une bagarre entre les policiers et le jeune homme. La matraque aurait été utilisée pour l'agenouiller. Pour l'Inspection générale, qui parle d'un «accident grave et réel», il n'y a pas eu de «viol délibéré».

Tension à Aulnay-sous-Bois

Interrogé par la chaîne française, une source explique que «c'est très grave, indubitablement, ça peut être des violences ayant entraîné une infirmité permanente. Mais ce n'est pas un viol».

Policiers inculpés

Le 6 février, un policier a été inculpé pour viol. Trois autres policiers sont mis en examen pour violences volontaires en réunion. Les quatre fonctionnaires avaient été suspendus de leur fonctions la veille.

Selon le parquet, des policiers contrôlaient les identités d'une dizaine de personnes soupçonnées d'être des «guetteurs de points de vente de stupéfiants», dans la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois, selon le parquet.

La scène, filmée par la vidéosurveillance de la police municipale, montre notamment un policier «porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses» du jeune homme, après que son «pantalon a glissé tout seul», selon une source proche de l'enquête.

Le jeune homme a déclaré que l'un des policiers lui aurait introduit sa matraque dans l'anus. Gravement blessé au niveau de la zone rectale, il a dû être opéré.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!