Concurrence: Pour le patron d'Etihad, il n'y a pas de distorsion
Actualisé

ConcurrencePour le patron d'Etihad, il n'y a pas de distorsion

Le chef d'Etihad, compagnie aérienne nationale des Emirats Arabes Unis, Etihad James Hogan, rejette les reproches de Swiss par rapport à une prétendue distorsion de concurrence.

James Hogan, patron d'Etihad.

James Hogan, patron d'Etihad.

«Nous n'obtenons aucune subvention et nous payons les prix courants du kérosène», a déclaré James Hogan, dans une interview à la «Schweiz am Sonntag». La compagnie profite toutefois de quelques avantages. «Par exemple, les revenus de nos employés sont exonérés d'impôts et en tant que jeune compagnie, nous n'avons pas de charges anciennes. Cela rend l'opération plus simple» a expliqué l'Australien.

Le patron d'Etihad a également précisé que la compagnie, qui n'applique pas le principe d'ancienneté, peut être plus flexible avec la planification du personnel de bord. Selon lui, chaque transporteur a certains avantages à son hub principal. James Hogan a ajouté qu'il aimerait volontiers avoir les infrastructures des aéroports suisses à Abou Dhabi. Une remarque à l'intention du Swiss qui se plaint depuis longtemps des taxes aéroportuaires de l'aéroport de Zurich.

Pas jeu égal

Swiss, en mains du groupe allemand Lufthansa, s'estime lésée par rapport aux compagnies du Moyen-Orient comme Etihad ou Emirates. Grâce à des conditions-cadre meilleur marché, elles peuvent proposer des prix plus attractifs et ne font pas jeu égal avec les compagnies européennes, estime Jean-Pierre Tappy, un des directeurs de Swiss, cité récemment par la «NZZ». Etihad a présenté jeudi à Zurich sa nouvelle compagnie régionale Etihad Regional. La compagnie qui a repris en novembre 33,3% du capital de la compagnie tessinoise Darwin Airlines, offrira dès juin la liaison Zurich-Abou-Dhabi. Etihad Regional sera opérée par Darwin qui dispose d'un hub majeur à Genève. Le réseau sera connecté à celui d'airberlin et d'Air Serbia. La compagnie offre actuellement 15 vols, contre 34 dans la seconde moitié de l'année. (ats)

Ton opinion