Actualisé 10.07.2006 à 20:13

Pour les amateurs de grands frissons

Calista Flockhart, l'interprète d'Ally McBeal, aux prises avec des fantômes dans «Fragile».

La nouvelle génération de film d'horreur a cette force de ne plus être fondée sur la quantité d'hémoglobine déversée à l'écran, mais sur les multiples façons vicieuses qu'elle utilisera pour vous procurer des grands frissons. Dans ce domaine, l'un des spécialistes s'appelle Jaume Balaguero. Cet Espagnol de 38 ans a fait très fort dès son premier essai, «La secte sans nom».

Ce film considéré comme un chef-d'œuvre du genre a été récompensé à travers le monde. Pourtant le suivant, «Darkness», est encore plus abouti. Ce petit bijou sorti en 2002 restitue à merveille tous les ingrédients qui font la force du genre, jouant essentiellement sur nos peurs d'enfant.

Avec son troisième film, «Fragile», le réalisateur poursuit sur sa lancée et déploie son savoir-faire avec beaucoup d'intelligence. Dans un hôpital pour enfants, une infirmière brisée par l'existence tente de redonner un sens à sa vie, jusqu'au jour où un gamin lui confie que de nombreux enfants de l'hôpital subissent des attaques mystérieuses. Le cauchemar peut commencer.

Cette histoire de fantômes emmenée avec beaucoup de sensibilité par Calista Flockhart, qui se fait trop rare au cinéma, et l'énigmatique Richard Roxburg – «Van Helsing» et «Moulin Rouge» – est une réussite. Elle a été récompensée à quatre reprises au dernier Festival du film fantastique de Gerarmer (F).

Olivier Delaloye

«Fragile», de Jaume Balaguero, avec Calista Flockhart, Richard Roxburgh, Elena Anaya. Déjà disponible

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!