Actualisé 06.08.2009 à 21:35

Retour de Schumi«Pour moi, sa nuque ne posera pas de problème»

En vue de son retour en F1 lors du GP de Valence le 23 août, Michael Schumacher continue de peaufiner sa forme. Le Français Xavier Jolis, ancien préparateur physique de Schumi, livre ses impressions à 20 minutes online.

de
Catherine Muller

En charge de la réeducation de Michael Schumacher après sa terrible sortie de route en 1999 lors du Grand Prix de Grande-Bretagne à Silvertone, Xavier Jolis (43 ans) s'est ensuite mué en préparateur physique du pilote allemand, jusqu'en 2001.

20 minutes online. Quel genre d'élève était Michael Schumacher, lorsque vous étiez en charge de sa condition physique?

Xavier Jolis. Je me souviens qu'il était très assidû et ne rechignait jamais à la tâche. Il faut dire que c'est quelqu'un de sérieux dans tous les domaines. Tel que je le connais, c'est un vrai bosseur dans l'âme!

Un pilote de F1 doit-il avoir un physique irréprochable?

Je dirai encore plus lorsque Michael Schumacher a débuté en Formule 1 (ndlr: en 1991), où il s'agissait alors de tenir le volant d'une main et de passer les vitesses de l'autre. C'était très physique. Bien sûr, avec les performances des voitures qui sont toujours plus élevées, ça reste aujourd'hui très éprouvant.

Sur quels aspects un pilote doit-il focaliser sa préparation?

Le cardio est très important. Je me souviens que Michael était assez surprenant dans ce domaine. Il était toujours très calme au volant, par rapport à d'autres qui étaient parfois carrément en apnée, dans les virages (sourire). J'ai eu l'occasion de l'entendre parler à ses ingénieurs lors d'essais, sa voix ne trahissait pas d'essoufflement. Mais il n'y a pas de miracle, c'était avant tout dû à un très gros travail de sa part.

On parle beaucoup des charges importantes qui pèsent sur la nuque. C'est une partie du corps qu'il est vital de renforcer?

A l'époque, on travaillait en effet beaucoup le cou. Aujourd'hui, même si les pilotes bénéficient d'une nouvelle protection (ndlr: système HANS), la force centrifuge reste assez violente, les voitures allant de plus en plus vite. La préparation se focalise également sur le travail de la posture du corps, un pilote étant assis pendant environ 1h30. Et puis, les pieds doivent également développer une grande sensibilité. Pour y arriver, on utilisait notamment une de ses passions, le foot.

Justement, la nuque de Michael Schumacher est actuellement son «talon d'achille», qui pourrait même compromettre son retour. Votre avis?

Je ne pense pas que ce soit un problème. A plus forte raison que la nuque des pilotes est désormais attachée. Et puis, Michael a toujours gardé la forme, depuis sa retraite fin 2006.

Quand même, après trois ans d'absence, il n'est jamais évident de retrouver son niveau d'antan. Etes-vous confiant en ce qui concerne Michael Schumacher?

Sans conteste, oui. Il a été au top niveau pendant tellement d'années, que ce break de trois ans est, à mon avis, trop court pour qu'il ait perdu beaucoup. Les automatismes vont revenir assez vite, je suis confiant. Je le vois même de nouveau lutter pour la gagne.

Plus généralement, son retour vous réjouit-il?

C'est sûr que ça fera du bien au milieu de la formule 1. Et puis, des histoires un peu atypiques, comme celle-ci, je trouve toujours cela très intéressant pour le sport.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!