Allocution du futur président: Pour Obama, il n'y a «pas un moment à perdre» face à la crise économique

Actualisé

Allocution du futur présidentPour Obama, il n'y a «pas un moment à perdre» face à la crise économique

Le président élu Barack Obama a appelé aujourd'hui, lors de sa première allocution radiophonique hebdomadaire, à des actions urgentes pour faire face à la crise économique.

Il n'y a «pas un moment à perdre», a-t-il dit. M. Obama prendra ses fonctions à la Maison Blanche le 20 janvier.

Le sénateur démocrate de l'Illinois, qui a remporté mardi l'élection présidentielle, a voulu assurer les Américains que son administration «se mettrait au travail dès le 20 janvier, parce que nous n'avons pas un moment à perdre».

Malgré les mesures prises par l'administration de George W. Bush pour sauver le secteur financier, il a estimé que les Etats-Unis «auront besoin d'autres actions pendant cette transition et les mois suivants».

Contenir la crise

«D'abord, nous avons besoin d'un plan de sauvetage pour la classe moyenne qui investisse dans des efforts immédiats pour créer des emplois et soulager les familles qui voient leurs salaires se réduire et les économies de toute une vie disparaître», a-t-il dit.

Ensuite, le gouvernement devra faire face à la propagation de la crise financière aux autres secteurs de l'économie et s'assurer que le plan de sauvatage des banques adopté en octobre par le Congrès est efficace pour stabiliser les marchés financiers tout en préservant les intérêts du contribuable.

Miser sur le long terme

«Pour finir, nous mettrons en oeuvre un ensemble de politiques qui vont renforcer notre classe moyenne et notre économie à long terme», a promis M. Obama. «Certains des choix à faire seront difficiles, mais l'Amérique est un pays fort et capable de résistance», a-t-il poursuivi.

Avec 240'000 emplois supprimés en octobre, le taux de chômage a progressé aux Etats-Unis pour atteindre 6,5% des actifs, soit le taux le plus élevé depuis 1994. Le constructeur automobile Ford a annoncé vendredi la suppression de 10% de ses effectifs.

(ats)

Ton opinion