Russie: Pour Poutine, c'est gagner avant tout
Actualisé

RussiePour Poutine, c'est gagner avant tout

Le président russe se moque du score qui lui permettrait d'être élu pour un quatrième mandat.

1 / 12
Vladimir Poutine a été réélu dimanche pour un quatrième mandat à la tête de la Russie avec 73,9% des voix, selon des sondages effectués à la sortie des urnes.

Vladimir Poutine a été réélu dimanche pour un quatrième mandat à la tête de la Russie avec 73,9% des voix, selon des sondages effectués à la sortie des urnes.

epa/Anatoly Maltsev
Citoyen russe depuis 2013, Gerard Depardieu a voté dimanche à Paris pour la présidentielle en Russie.

Citoyen russe depuis 2013, Gerard Depardieu a voté dimanche à Paris pour la présidentielle en Russie.

AFP/-
Ksenia Sobtchak. L'ex-star de téléréalité s'est lancée dans la course avec le slogan «contre tous». A 3 jours du scrutin, elle a créé son mouvement: le Parti des Changements. (Jeudi 16 mars 2018)

Ksenia Sobtchak. L'ex-star de téléréalité s'est lancée dans la course avec le slogan «contre tous». A 3 jours du scrutin, elle a créé son mouvement: le Parti des Changements. (Jeudi 16 mars 2018)

AFP

Vladimir Poutine a assuré dimanche, après avoir voté à Moscou, qu'il se satisferait de tout score lui permettant d'être élu pour un quatrième mandat. Il est crédité d'environ 70% des intentions de vote.

Interrogé sur le score qu'il jugerait satisfaisant, le président russe a répondu: «N'importe lequel, du moment qu'il me donne le droit d'exercer la fonction de président». Crédité d'environ 70% des intentions de vote en l'absence remarquée de son principal opposant, Vladimir Poutine est assuré de rester aux commandes du pays jusqu'en 2024.

«Je suis sûr du programme que je propose au pays», a-t-il ajouté, costume noir et cravate bordeaux, dans le bureau de vote numéro 2151, dans les locaux de l'Académie des Sciences de Moscou. Il y a déjà plusieurs fois mis son bulletin dans l'urne ces dernières années.

Loin devant ses adversaires, Vladimir Poutine, loué par les uns pour avoir ramené la stabilité après les dures années 1990 et vilipendé par les autres pour un net recul des libertés, a peu de soucis à se faire. A 65 ans, il devrait remporter un quatrième mandat, plus de 18 ans après avoir été désigné comme successeur par le premier président russe, Boris Eltsine. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion