Finances : Pour sabrer dans les dépenses, des élus choisissent le climat

Publié

Finances Pour sabrer dans les dépenses, des élus choisissent le climat

La contribution suisse à un fonds international pour l’environnement pourrait être revue à la baisse sur proposition… de la commission de l’environnement.

par
Yannick Weber
«Il n’y a pas de petites économies», ont semblé se dire la majorité des membres de la commission.

«Il n’y a pas de petites économies», ont semblé se dire la majorité des membres de la commission.

20min/Simon Glauser

Inversion des rôles: alors que le ministre des Finances, Ueli Maurer, répète et répète que le Parlement vote des hausses de dépenses toujours plus (et trop) nombreuses, ce vendredi, c’est l’inverse qui s’est produit. La commission de l’environnement des États veut, dans un cas précis, tirer à la baisse une dépense que le Conseil fédéral voulait au contraire augmenter.

Se mettre au niveau des autres

On parle ici du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), auquel la Suisse a contribué de 2019 à 2022, à hauteur de 147,8 millions. Le Conseil fédéral voulait faire passer l’enveloppe à 197,7 millions pour 2023 à 2026. «La hausse permettra à la Suisse d’augmenter le niveau de son engagement international proportionnellement aux autres pays donateurs et d’asseoir sa crédibilité en tant que partenaire international digne de confiance», estime le gouvernement.

Le FEM en quelques mots

Loin du compte équitable

Il semble que les élus aient entendu les remontrances d’Ueli Maurer et certains ont vu là une opportunité de le faire savoir. «La commission ne remet nullement en question l’engagement de la Suisse en faveur du FEM. Toutefois, eu égard à l’évolution prochaine des finances fédérales, elle estime qu’une augmentation des contributions n’est pas judicieuse», dit-elle vendredi dans son communiqué. À noter que seule une courte majorité (7 contre 6) des membres de la commission soutient la baisse.

Choisir les investissements dans la protection de l’environnement pour couper dans les dépenses a sans surprise fait bondir les Vert-e-s. «Par rapport à ses performances économiques et aux dommages qu’elle a causés, la Suisse est loin d’apporter une contribution équitable au financement mondial du climat», dit la conseillère aux États, Lisa Mazzone, dans un communiqué, citant une ONG qui a calculé que la contribution suisse devrait se monter à un milliard. «La commission sape la crédibilité de la Suisse et réduit les contributions annoncées cette semaine par Ignazio Cassis lors de la COP27 à Sharm el-Sheik», ajoute la Genevoise.

L’environnement a sa part

Ton opinion

126 commentaires