Suisse: Pour séduire, les Sages devraient parler le Trump
Actualisé

SuissePour séduire, les Sages devraient parler le Trump

Les Suisses et le président américain, ça fait deux. Sauf en ce qui concerne sa façon de s'adresser au public.

par
dmz
«Thumb up» (le pouce en l'air), un langage qui parlerait au peuple suisse, selon le sondage.

«Thumb up» (le pouce en l'air), un langage qui parlerait au peuple suisse, selon le sondage.

Keystone/AP/Alex Brandon

Ça ne fait pas un pli: gouverner à la Donald Trump ne passerait pas en Suisse. Selon une enquête commandée par la «Schweiz am Wochenende», près de 70% de la population juge sa «performance» mauvaise voire très mauvaise, six semaines après son entrée en fonction. Mais, loin de jeter le bébé avec l'eau du bain, le peuple suisse estime que le président américain a au moins un mérite: celui de tenir ses promesses de campagne, comme celle de mettre «l'Amérique avant tout» et de tout faire pour en finir avec l'immigration illégale .

Plus piquant, près de 63% des participants verraient d'un bon oeil que le Conseil fédéral s'en inspire en «parlant un langage que tout le monde comprend». Ainsi, des tweets ponctués de «total disaster» (désastre total), «so sad» (c'est triste) ou «stupid» atteindraient leur cible et seraient plutôt appréciés eu égard à leur simplicité et leur clarté.

De Trump à Freysinger

Ces résultats n'étonnent pas outre mesure le politologue Michael Hermann, de l'Université de Zurich. Il souligne que des personnages hors normes, comme le conseiller d'Etat valaisan Oskar Freysinger (UDC), ont bâti leur élection sur un franc-parler plutôt inhabituel en politique. «Cela fonctionne maintenant, mais il y a dix ans cela n'aurait jamais marché», déclare-t-il. Mais la Suisse, avance-t-il, n'est pas encore prête pour un «personnage à l'égo aussi démesuré». «Son côté 'Je suis le seul à pouvoir sauver le pays' ne passerait pas chez nous», conclut l'expert.

Ton opinion