Gambarogno (TI) – Pour un franc, il est possible de devenir proprio d’un rustico

Publié

Gambarogno (TI)Pour un franc, il est possible de devenir proprio d’un rustico

Pour redonner vie à un hameau isolé, une commune tessinoise a mis en vente des habitations en pierre à des prix défiant toute concurrence. Mais pour en devenir acquéreur, il faudra cocher certaines cases.

1 / 3
Afin de faire revivre un hameau isolé, la commune située sur les rives du Lac Majeur souhaite désormais vendre certaines de ses habitations pour la modique somme d’un franc.

Afin de faire revivre un hameau isolé, la commune située sur les rives du Lac Majeur souhaite désormais vendre certaines de ses habitations pour la modique somme d’un franc.

PantherMedia/ Claudia Buchmann
Les transformations de ces anciennes maisons en pierre sont onéreuses et doivent se faire dans le respect du style de départ.

Les transformations de ces anciennes maisons en pierre sont onéreuses et doivent se faire dans le respect du style de départ.

imago stock&people
La commune se trouve sur les rives du Lac Majeur.

La commune se trouve sur les rives du Lac Majeur.

imago images

Les vacances en Suisse ont connu un véritable boom ces deux dernières années. Au Tessin, ce sont les rustici, qui ont eu particulièrement la cote auprès des touristes. Flairant le bon plan, la commune de Gambarogno (TI) a souhaité battre le fer pendant qu’il était encore chaud en proposant une action historique.

Afin de faire revivre un hameau isolé (voir encadré), la commune située sur les rives du Lac Majeur souhaite désormais vendre certaines de ces habitations pour la modique somme d’un franc, rapporte la SRF.

Les rustici en questions se trouvent à quelques lacets de la montagne et offrent une vue de rêve sur le Lac Majeur. «Des centaines de personnes intéressées se sont déjà manifestées. Nous ne nous attendions pas à un tel intérêt», explique Gianluigi Della Santa, à la SRF. Si ce chiffre étonne le syndic, c’est que beaucoup ne sont probablement pas conscients de ce que signifierait l’acquisition d’un tel bien.

Lutter contre l’exode à tout prix

Cher à l’entretien

Les transformations de ces anciennes maisons en pierre sont en effet tout sauf simples: elles sont onéreuses et doivent se faire dans le respect du style de départ. Souvent, la rénovation d’une telle maison coûte plusieurs dizaines de milliers de francs.

Si les autorités tessinoises décideront combien de ces rustici seront vendus, le conseil communal de Gambarogno a lui aussi son mot à dire. «Il est envisageable qu’il ne soit pas uniquement destiné à une personne individuelle, mais à une fondation qui finance la reconstruction», continue le syndic.

Il reste également quelques conditions à remplir pour pouvoir acquérir un tel bien. «Je n’ai rien contre les touristes suisses alémaniques qui achètent un rustico. Mais je n’aime pas voir venir des gens qui n’ont pas du tout envie de s’intégrer et qui ne parlent pas un mot d’italien», ose Gianluigi Della Santa.

Incitations à la location

Dans ce contexte, la ruée vers les rustici de Gambarogno devrait se calmer très prochainement. Une chose est sûre: l’engouement des Suisses alémaniques pour ces petites maisons en pierre s’est accentué avec la crise du Covid.

L’office du tourisme de Bellinzone et de ses vallées a, de ce fait, encouragé les propriétaires de bien locaux à louer leurs maisons en pierre. Et les premiers à le faire devraient recevoir une coquette somme en échange.

(fos/szu)

Ton opinion

15 commentaires