Vaud: Pour une surveillance des conjoints violents

Actualisé

VaudPour une surveillance des conjoints violents

La surveillance électronique des conjoints violents se précise dans le canton de Vaud.

Les députés ont renvoyé mardi en commission une motion demandant la mise en place rapide d'un tel système afin de protéger les femmes battues.

Désireux de «gagner du temps», l'UDC Philippe Ducommun voulait un renvoi direct de sa motion au Conseil d'Etat. Finalement, le plénum a opté pour une discussion en commission par 69 voix contre 46 et une abstention.

Car s'il faut agir, la problématique doit néanmoins être étudiée plus globalement. Il y a des problèmes de coûts et de liberté publique, a noté la socialiste Cesla Amarelle. Le libéral Philippe Vuillemin a demandé d'élargir le champ de vision.

Aujourd'hui, la violence n'est plus le seul fait de l'homme sur la femme. L'inverse se voit aussi, et le problème des mères battues par des enfants doit être pris en compte. Il a rappelé que le canton de Vaud pratiquait depuis deux ans l'éloignement de la personne violente du domicile.

Selon l'auteur de la motion, sept cantons (GE, VD, BE, BS, BL, TI, SO) pratiquent la surveillance électronique, mais seulement pour contrôler la présence de personnes soumises à une détention ou à une semi-détention à domicile.

(ats)

Ton opinion