«Pourquoi aurais-je été sur les lieux? Je n'y étais pas»
Actualisé

«Pourquoi aurais-je été sur les lieux? Je n'y étais pas»

Le procès de l'homme accusé d'avoir assassiné sa mère, une amie de celle-ci et sa soeur s'est ouvert lundi à Vevey.

«Tout ce que j'ai dit auparavant, c'était pour cadrer avec la version des enquêteurs. Ils m'avaient mis sous pression.» A l'ouverture de son procès, lundui, l'homme de 43 ans accusé d'avoir tué sa mère adoptive et une de ses amies, ainsi que d'avoir fait disparaître sa soeur, est revenu sur sa déposition.

S'il a toujours nié avoir assassiné les trois personnes, il avait reconnu, dans un premier temps, s'être rendu chez sa mère le 24 décembre 2005. Il y aurait trouvé sa soeur «désemparée» ainsi que les cadavres des deux octogénaires. L'homme d'origine indienne a réfuté ces faits devant le Tribunal criminel: «Je n'avais aucune raison d'être sur les lieux.»

L'accusation, elle, soutient que la mère adoptive est morte en raison de sa fortune, de plusieurs dizaines de millions de francs. Aucune effraction, aucun vol n'ayant été constaté sur les lieux du crime, la piste crapuleuse a été écartée. Pour la justice, c'est un proche qui a tué les deux femmes. Le premier frère a rapidement été mis hors de cause. La soeur disparue adorait sa mère et n'aurait pas eu la force pour battre à mort les victimes. Reste le fils adoptif. En proie à des difficultés financières, possédant des dettes importantes, il se serait retrouvé «aux abois». Il aurait alors éliminé sa mère, qui voulait lui couper les vivres. Il en aurait fait de même avec sa soeur. Cela afin de toucher tout le pactole. Le procès se poursuit toute la semaine.

Sébastien Jost

Ton opinion