Actualisé 05.08.2016 à 07:22

La Chaux-de-Fonds (NE)Pourquoi HNE emploie du personnel à ne rien faire?

Le bloc opératoire est fermé la nuit, en semaine, depuis le 1er juillet. Mais trois personnes font encore des gardes, sans pour autant travailler.

von
Catherine Bex
L'établissement de La Chaux-de-Fonds (NE) paie actuellement trois personnes, dédiées au bloc opératoire, fermé depuis un mois environ.

L'établissement de La Chaux-de-Fonds (NE) paie actuellement trois personnes, dédiées au bloc opératoire, fermé depuis un mois environ.

photo: Keystone/Stefan Meyer

Trois employés d'Hôpital neuchâtelois (HNE) sont dévolus chaque soir, du lundi au vendredi, au bloc opératoire de La Chaux-de-Fonds (NE). Seul hic, ce bloc est fermé à ce moment-là, depuis le 1er juillet. Et ce personnel n'est pas réaffecté ailleurs. Comment expliquer cette mobilisation «inutile»? «C'est la logique de la CCT Santé21», explique Bernard Vermeulen, directeur médical d'HNE. «Nous devons fournir les horaires à notre personnel trois mois à l'avance.»

Mais pourquoi ne pas les avoir fait descendre sur le site de Pourtalès, à Neuchâtel, vers lequel sont désormais envoyées toutes les interventions de nuit? Bernard Vermeulen explique que ce maintien découle aussi d'une «démarche sécuritaire» pour anticiper un imprévu dans cette phase de réorganisation. «Dans le Haut, on nous reproche de ne pas respecter la sécurité du patient. A tort. En conservant ce personnel lors de cette période de transition, on garde un filet d'ultime sécurité.» En outre, le directeur médical évoque la réticence de certains employés à descendre. «On est dans une phase d'acceptation du changement. Il y a les enthousiastes et les autres.»

Pratique en sursis

Mais la présence d'un anesthésiste, d'un instrumentiste et d'un technicien spécialisé en salle d'opération sans affection, cela a un coût. «Ces trois mois, par rapport au déficit d'HNE, c'est anecdotique.»

Cette pratique sera amenée à disparaître. Dès octobre, ce personnel travaillera dans le Haut comme dans le Bas. Quant à Laurent Kurth, chef du Département de la Santé et fer-de-lance de la réorganisation hospitalière, il n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Dette importante

L'Etat neuchâtelois a annoncé sa stratégie hospitalière au début du mois de juillet. Le site de Pourtalès a été choisi comme site de soins aigus, celui de La Chaux-de-Fonds pour la réadaptation. Trois policliniques seront également maintenues dans les deux villes et à Val-de-Travers. Le Canton va devoir prendre à sa charge 200 des 300 millions de francs de dettes d'Hôpital neuchâtelois. Le peuple se prononcera sur la question le 12 février 2017.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!