Energie renouvelable: Pourquoi le stockage d’électricité représente un frein au changement énergétique

Publié

Énergie renouvelablePourquoi le stockage d’électricité représente un frein au changement énergétique

Une analyse de l’institut de recherche Empa estime que la construction de systèmes de stockage d’électricité met en péril la réalisation des objectifs climatiques. Selon l’auteur de cette étude, la société devrait plutôt s’adapter aux cycles du soleil.

par
Jan Graber
D’après une nouvelle étude, ce serait mieux que la société se transforme en une «Sunflower Society», qui s’adapte à la disponibilité de l’électricité, au lieu de construire des accumulateurs d’électricité.

D’après une nouvelle étude, ce serait mieux que la société se transforme en une «Sunflower Society», qui s’adapte à la disponibilité de l’électricité, au lieu de construire des accumulateurs d’électricité.

Getty Images/Westend61

Pour beaucoup, le développement de l’énergie solaire va de pair avec le stockage de l’électricité. Cette dernière est en effet souvent nécessaire lorsque le soleil ne brille que peu ou pas du tout, à savoir la nuit et en hiver. Pour que l’énergie solaire soit la plus utile possible, il faudrait donc pouvoir stocker l’électricité dont elle est à l’origine, ce qui permettrait d’atteindre dans les temps les objectifs climatiques. En théorie, tout du moins.

Car cette idée semble erronée, à en croire une étude de l’institut de recherche Empa. Harald Desing, l’un des auteurs de l’analyse, a en effet calculé l’influence du stockage d’énergie sur la réalisation des objectifs climatiques.

Le stockage ne permet pas d’atteindre l’objectif climatique

Le résultat est en effet décevant, puisque les accumulateurs d’électricité ne contribueraient pas à atteindre dans les plus brefs délais la neutralité CO2. Au contraire, la fabrication et l’exploitation de batteries de stockage, de centrales de pompage-turbinage et d’installations de production de carburants synthétiques et d’hydrogène nécessiteraient tellement d’énergie fossile supplémentaire que l’objectif de 1,5 degré de réchauffement climatique d’ici 2050 ne pourrait vraisemblablement pas être atteint. En conclusion, moins on aura besoin de stockage, plus vite on pourra se passer d’énergie fossile.

Si le stockage n’est pas la solution, dès lors, que faire? Harald Desing plaide pour une réorganisation de l’économie et de la société en une «Sunflower Society», qui oriente ses besoins en électricité en fonction de l’énergie solaire.

L’idée est la suivante: si l’électricité est disponible en grande quantité, elle est directement utilisée lors des processus de production. C’est par exemple à ce moment-là que l’on pourra produire des matériaux d’isolation pour les bâtiments qui conservent la chaleur dans les maisons en hiver. Il en résultera une plus faible, voire inexistante consommation d’énergie liée au chauffage en hiver. En revanche, si le soleil ne brille pas, la production s’arrêtera également.

Flexibilisation de la société

Le même principe s’appliquerait à tous les consommateurs, des transports aux ménages privés en passant par les institutions publiques. «Nous adapterions ainsi les voyages à la disponibilité de l’énergie», explique-t-il. De fait, les tickets de transport longue distance seraient moins chers le jour que la nuit.

La société doit être plus flexible dans tous les domaines de la vie. Harald Desing prend en exemple un pays comme les Philippines, où la vie commence avec le lever du soleil à 6 h du matin et s’assoupit une fois la nuit tombée. «Le besoin de changement est surtout nécessaire dans le Nord, où nous sommes habitués à disposer d’énergie 24 heures sur 24», constate-t-il.

La mise en œuvre d’un tel système passe par des incitations réglementaires et une régulation par le biais de la facturation. «L’électricité doit être beaucoup plus chère la nuit», affirme Harald Desing. En raison de la cherté actuelle du courant du réseau, les premiers signes allant dans ce sens sont déjà visibles aujourd’hui. Les propriétaires d’une installation solaire adapteraient ainsi leur consommation d’électricité à l’aide d’une application. «Les usines se calqueraient aussi sur la disponibilité de l’électricité solaire», selon Harald Desing.

Le spécialiste sait toutefois que, pour le moment, une société ne peut pas connaître une telle transformation aussi rapidement. Cela dit, «des choses qui semblaient encore irréalistes hier sont désormais possibles», rappelle-t-il. C’est pourquoi ce changement peut aussi se produire soudainement.

Pourriez-vous adapter votre mode de vie au rythme du soleil?

Ton opinion

3 commentaires