Forfaits fiscaux: Pourquoi Tsonga est-il «moins taxé que Stan?»
Actualisé

Forfaits fiscauxPourquoi Tsonga est-il «moins taxé que Stan?»

Les caisses publiques ne souffriront pas d'une abolition des privilèges fiscaux si le peuple accepte le 30 novembre l'initiative populaire de La Gauche.

Entré en campagne jeudi, le comité interpartis en faveur du texte visant à mettre fin aux forfaits fiscaux a démonté les arguments des opposants et invoqué la morale. Le régime actuel est clairement immoral et inadmissible. Il permet à de riches étrangers de payer moins que des Suisses ayant le même revenu. «Comment expliquer que Jo-Wilfried Tsonga soit moins taxé que son voisin Stanislas Wawrinka?» a critiqué le président du PS Christian Levrat.

Pour le syndicaliste d'Unia Nico Lutz, ce sont les Suisses qui paient l'addition car leurs impôts doivent être plus élevés afin de combler les lacunes liées aux riches étrangers. Le système est d'autant plus arbitraire que les autorités fiscales ne contrôlent guère si les conditions sont toujours réunies pour le forfait. De riches hommes d'affaires continuent à travailler alors qu'ils n'en auraient pas le droit.

Loin de vider des caisses publiques comme le prétendent les opposants aves des études erronées, l'initiative améliorera certainement les recettes fiscales comme le prouve l'exemple de Schaffhouse qui a déjà aboli les forfaits. Les maires PLR des communes zurichoises de Küsnacht et Zollikon ne regrettent pas non plus le défunt système, a cité le co-initiant Niklaus Scherr. (ats)

Ton opinion