Inde: Poursuite du procès des violeurs

Actualisé

IndePoursuite du procès des violeurs

Le procès qui a débuté samedi contre six hommes impliqués dans le viol collectif d'une Suissesse en Inde s'est poursuivi lundi. Le troisième de 30 témoins a été entendu par le tribunal de Datia.

Les six accusés sont passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison. La victime, 39 ans, a indiqué à la police avoir été violée par quatre hommes tandis que deux autres étaient présents lors de l'agression, dans une zone boisée reculée de l'Etat du Madhya Pradesh, dans le centre du pays.

La touriste et son mari, qui circulaient à vélo à travers l'Inde, étaient en train d'installer leur tente quand plusieurs hommes ont attaqué le couple, attaché l'homme et violé sa femme en sa présence. Ils ont aussi volé des effets personnels.

Tous les accusés seront poursuivis pour vol: selon la police, le groupe a volé un ordinateur, un téléphone portable et 10'000 roupies (174 francs) en dévalisant la tente du couple.

Plaider non-coupables

«Les accusés se sont déclarés non-coupables au cours d'une première audition», a affirmé le chef de la police du district. Les enquêteurs en charge de l'affaire ont souligné le fait qu'ils avaient assez de preuves à charge contre les accusés, dont des traces d'ADN.

Le couple, qui a quitté le pays la semaine passée, a promis aux autorités indiennes de continuer à collaborer à l'enquête avec la justice, et de «comparaître par vidéoconférence» ou en se présentant devant une commission durant le procès. Il n'était pas encore clair lundi si le tribunal allait accepter cette requête.

A la demande des enquêteurs, le couple est retourné sur les lieux de l'agression avant de quitter le pays. Il estime que «la peine capitale ne devrait pas être infligée aux accusés».

Cette affaire était intervenue trois mois après le viol collectif d'une jeune étudiante indienne à New Delhi, qui avait provoqué un vaste mouvement de protestation. De nombreuses personnes accusent les autorités de négliger les violences infligées aux femmes.

Chute du tourisme

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) met en garde contre «une augmentation de viols et de délits sexuels, de même que des agressions contre des passagers des taxis» dans tout le pays. Parmi les mesures de précaution, il invite les touristes à s'abstenir «si possible de voyager de nuit sur les routes».

Le nombre de touristes étrangères en Inde a chuté de 35% au cours des trois derniers mois après cette série d'agressions qui ont fait les gros titres de la presse internationale, souligne l'Association indienne des chambres de commerce et d'industrie (ASSOCHAM), qui a interrogé 1200 voyagistes de différentes villes.

Tous sexes confondus, le nombre d'arrivée de touristes a reculé de 25% au cours du dernier trimestre par rapport à l'an dernier. Les voyageurs se sont détournés de l'Inde au profit d'autres pays d'Asie, comme la Malaisie ou la Thaïlande.

Près de 72% des voyagistes interrogés ont fait état d'annulations au cours des trois derniers mois, pourtant une période de haute saison touristique en Inde, en particulier de la part de femmes venant du Canada, des Etats-Unis et d'Australie. (ats)

Ton opinion