Actualisé 12.10.2008 à 20:25

Elections communales

Poussée UDC dans le Haut-Valais, surprises dans le Valais romand

L'UDC a frappé fort dans le Haut-Valais lors des élections communales de dimanche. En plaçant deux élus à Brigue, elle entre pour la première fois dans l'exécutif d'une ville.

Dans le Valais romand en revanche, le parti progresse faiblement.

Dans l'ensemble de la partie germanophone du canton, l'UDC gagne cinq sièges, aux dépens du PDC et du PCS. Le parti échoue en revanche à Sion, à Sierre, où il avait déjà raté le coche il y a quatre ans, et à Martigny, où il briguait un siège pour la première fois.

L'UDC a frappé fort à Naters en gagnant un siège et à Brigue en plaçant deux élus pour sa première participation au scrutin, même si l'un des deux est un dissident PDC, conseiller municipal depuis 20 ans.

Brigue se distingue aussi par sa représentation féminine avec quatre femmes pour sept sièges. Présidente de la ville, la conseillère nationale Viola Amherd (PDC) arrive en tête devant le dissident Louis Ursprung.

Sur l'ensemble du canton, l'UDC occupe une quinzaine de sièges dans les exécutifs municipaux qui en totalisent plus de 900. Quant au PDC, parti majoritaire valaisan, il se tasse dans l'ensemble du canton en perdant une dizaine de sièges, surtout dans les petites communes.

Les partis minoritaires ont profité des pertes du PDC, surtout l'UDC dans le Haut-Valais. Ce dernier se voit ainsi conforté dans sa volonté de ravir le siège du PS lors des élections cantonales de mars 2009.

Le PRD perd un siège dans son fief

Parmi les grandes surprises de ce scrutin communal figure la perte par le PRD d'un siège dans son fief de Martigny. La vice- présidente radicale, Dominique Delaloye, qui convoitait la présidence, n'a pas été réélue.

La perte du PRD profite au PDC, qui comptera dorénavant trois sièges. Le parti radical conserve toutefois la majorité à l'exécutif avec cinq sièges, et le PS maintient son unique siège.

Anne-Laure Couchepin Vouilloz, fille du président de la Confédération, a été brillamment élue. Elle arrive en seconde position de la liste radicale.

L'autre surprise du jour provient de Champéry, où le président en exercice Georges Mariétan (PDC), ancien président du Grand Conseil, n'a pas été élu. L'ancien commandant de corps Luc Fellay (Avenir champérolain) accède en revanche au conseil de cette commune.

Simon Epiney en tête

En Anniviers, l'ancien conseiller aux Etat valaisan Simon Epiney (PDC) est plébiscité. Il arrive en tête avec plus de 100 voix d'avance sur son suivant direct. En bonne voie donc pour briguer la présidence de la nouvelle commune fusionnée.

A Sion et à Sierre, l'électorat a voté pour la stabilité. Le PDC reste majoritaire dans la capitale avec huit sièges, devant le PLR (4 sièges) et l'alliance de gauche (3 sièges). A Sierre, l'exécutif repart avec 4 sièges pour le PDC, 3 pour le PLR et 2 pour l'alliance de gauche.

Le statu quo prime aussi à Monthey, où l'exécutif est passé de quinze à neuf membres. La répartition des sièges est maintenue avec trois radicaux, trois PDC, deux élus de l'entente et un de gauche. Présente pour la première fois avec une liste propre, l'UDC n'a pas obtenu de siège. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!