Guerre en Ukraine: Poutine annonce l’annexion «pour toujours» de quatre régions ukrainiennes

Publié

Guerre en Ukraine Poutine annonce l’annexion «pour toujours» de quatre régions ukrainiennes

Le président russe a signé, vendredi, l’annexion de quatre régions occupées d’Ukraine, appelant Kiev à «cesser immédiatement les hostilités».

Le président russe Vladimir Poutine, vendredi, au Kremlin. 

Le président russe Vladimir Poutine, vendredi, au Kremlin. 

Mikhail METZEL / SPUTNIK / AFP 

Le président russe Vladimir Poutine a signé, vendredi, lors d’une cérémonie au Kremlin, l’annexion de quatre régions d’Ukraine que Moscou occupe totalement ou partiellement. Les dirigeants des régions ukrainiennes séparatistes de Donetsk et Lougansk (est) et de Zaporijjia et Kherson (sud) ont signé les documents d’annexion aux côtés de Vladimir Poutine devant un public composé de membres du gouvernement, de députés et de sénateurs, et d’autres membres de l’élite politique russe. 

Ils ont ensuite joint leurs mains avant de scander «Russie!» à l’unisson avec la salle, selon les images de la télévision russe. Dans son discours précédant l’annexion, Vladimir Poutine a appelé Kiev à «cesser immédiatement les tirs, toutes les hostilités, et à revenir à la table des négociations».

Citoyens russes «pour toujours» 

«Mais le choix des habitants de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson ne sera pas discuté. Il a été réalisé et la Russie ne le trahira pas», a-t-il averti. Balayant les critiques occidentales, le dirigeant russe a ajouté: «Les habitants de Lougansk et Donetsk, Kherson et Zaporijjia deviennent nos citoyens pour toujours.»

«Les gens ont voté pour notre avenir commun», a-t-il assuré après l’organisation de «référendums» d’annexion condamnés par Kiev et ses alliés. «Nous défendrons notre terre avec toute notre force et nos moyens», a encore dit Vladimir Poutine, alors que les responsables russes ont menacé à plusieurs reprises de faire usage de l’arme nucléaire pour défendre les nouveaux territoires ukrainiens incorporés vendredi.

Pas de retour de l’URSS 

«L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas», a déclaré le président russe Vladimir Poutine, devant l’élite politique réunie sous les ors du Kremlin. «Après l’effondrement de l’URSS, l’Occident a décidé que tout le monde devait se plier à son diktat (…) et que la Russie ne se remettrait pas de tous ces bouleversements et s’effondrerait d’elle-même.»

«L’Occident est prêt à tout pour préserver le système néo-colonial qui lui permet de parasiter et, en réalité, de piller le monde entier», a ajouté le président russe. «Ils veulent nous voir comme une colonie», a-t-il encore fustigé. Selon lui, Washington cherche à imposer sa volonté dans le monde via «la force brute» et le «droit du poing».

Il a rappelé que les États-Unis étaient le seul pays au monde à avoir employé «deux fois l’arme atomique», alors que le Kremlin a menacé de défendre les régions annexées en Ukraine en usant de la bombe nucléaire. De manière générale, Vladimir Poutine a soutenu que l’Occident avait un comportement ayant «les traits d’un satanisme explicite». 

«Bienvenue à la maison!»

Plus tard, le président russe s’est exprimé lors d’un concert festif sur la place Rouge, devant plusieurs milliers de personnes qui agitaient des drapeaux russes, alors qu’au même moment son armée éprouve des difficultés en Ukraine. «La victoire sera à nous!», a-t-il lancé. «Bienvenue à la maison», a-t-il déclaré à l’adresse des habitants des territoires ukrainiens annexés, affirmant qu’ils étaient «revenus dans leur patrie historique» et que la Russie leur ouvrait «son cœur».

(AFP)

Ton opinion

421 commentaires