Actualisé 19.01.2012 à 16:15

RussiePoutine attaque durement une radio moscovite

Le Premier ministre russe a accusé la principale radio d'opposition du pays, Echo de Moscou, de le couvrir de «merde» lors d'une rencontre avec des représentants de la presse russe.

Lors d'une rencontre mercredi soir avec une trentaine de dirigeants de médias russes, dont le contenu intégral a été publié jeudi, M. Poutine s'en est pris en termes crus au rédacteur en chef de la radio, Alexeï Venediktov, lui reprochant de prendre la mouche rapidement.

«Moi, je ne me vexe pas quand vous me couvrez de merde du matin au soir, et vous, vous vous vexez», a dit le Premier ministre, un habitué des formules à l'emporte-pièce.

«C'est servir les intérêts d'un Etat au dépends d'un autre»

«S'ils veulent fermer (la radio), ils la fermeront. Mais je n'ai pas ressenti de menace. J'ai juste ressenti le mécontentement ordinaire d'un chef de gouvernement à l'égard d'un média libre», a déclaré à l'AFP Alexeï Venediktov. «La politique (rédactionnelle) ne changera pas tant que je serai là», a-t-il ajouté.

Vladimir Poutine a par ailleurs accusé la radio de couvrir certains sujets en favorisant le point de vue des Etats-Unis au détriment du point de vue officiel russe, en donnant l'exemple du projet de bouclier antimissile de l'Otan en Europe auquel est opposé Moscou. «C'est servir les intérêts de politique extérieure d'un Etat aux dépens d'un autre, de la Russie», a-t-il jugé.

«Paysage médiatique verrouillé»

Contrôlée par le géant gazier public Gazprom, Echo de Moscou est toutefois restée jusqu'à présent la principale radio russe à offrir des informations indépendantes, dans un paysage médiatique verrouillé où les grandes chaînes de télévision sont sous contrôle.

M. Venediktov a estimé que M. Poutine avait «le droit» de le critiquer, de la même manière que lui et ses journalistes critiquaient le Premier ministre.

«On ne peut pas discuter avec l'opposition»

Cette rencontre a eu lieu alors que M. Poutine est confronté pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir il y a douze ans à une vague de contestation après la victoire aux élections législatives de décembre du parti au pouvoir, Russie Unie, dans un scrutin entaché de fraudes selon l'opposition et des observateurs.

Lors de cette réunion, M. Poutine a aussi reproché à l'opposition de rejeter ses appels au dialogue. «Nous avons invité il y a peu ces collègues (de l'opposition), ils ne sont pas venus. Ils disent qu'ils veulent discuter, que le pouvoir ne les écoute pas. Nous les avons invités, mais ils ne viennent pas», a-t-il dit.

Attaque contre un écrivain géorgien

Le chef du gouvernement s'en est pris en particulier à l'écrivain Boris Akounine, qui a annoncé la création mercredi d'une «Ligue des électeurs» visant à mobiliser les Russes en vue de l'élection présidentielle, au côté de l'écrivain Lioudmila Oulitskaïa et de la légende du rock antisoviétique Iouri Chevtchouk.

«Pour autant que je sache, c'est un Géorgien d'origine. Je comprends qu'il ait pu mal prendre ce qu'a fait la Russie pendant (...) le conflit armé entre la Géorgie et la Russie» d'août 2008, a-t-il dit. «Il sous-entend que si je suis géorgien, je suis sans doute un agent géorgien», a ironisé Boris Akounine, dont le vrai nom est Grigori Tchkhartichvili, interrogé par l'AFP. «Il ne sait pas le pire: ma mère est juive! Donc je suis sans doute un agent juif», a-t-il ajouté.

Journée de la presse russe snobée par les journaliste opposants

L'écrivain a par ailleurs souligné que M. Poutine avait lui-même «refusé de participer à des débats» télévisés avec ses concurrents en invoquant ses fonctions au sein du gouvernement.

«Poutine évite depuis longtemps les rencontres où on peut lui poser des questions dérangeantes, imprévisibles», a-t-il dit.

M. Akounine avait snobé vendredi, comme d'autres personnalités de renom, une cérémonie de remise de prix par Vladimir Poutine à l'occasion de la journée de la presse russe.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!