Actualisé 05.03.2012 à 07:34

Présidentielle russe Poutine élu après un scrutin controversé

Vladimir Poutine a remporté la présidentielle russe de dimanche avec 63,9% des voix, selon les résultats portant sur la quasi-totalité des bureaux de vote.

Vladimir Poutine a remporté la présidentielle russe dimanche au premier tour. Il a félicité les Russes d'avoir dit «oui à la grande Russie», alors que l'opposition dénonçait un scrutin faussé et illégitime.

Après dépouillement de 87,72% des bureaux, M. Poutine remportait 64,73% des suffrages, selon les chiffres de la commission électorale annoncés peu après 00H00 GMT lundi.

Le communiste Guennadi Ziouganov obtient 17,04%, le milliardaire Mikhaïl Prokhorov 7,09%, le populiste Vladimir Jirinovski 6,31%, et le centriste Sergueï Mironov ferme la marche avec 3,74%. La participation s'établit à 64%.

Le record a été établi, comme à l'accoutumé, par la république caucasienne de Tchétchénie où M. Poutine a raflé 99,73% des voix pour une participation de 99,59%, selon Interfax.

«Lutte ouverte et honnête»

«Nous avons gagné dans une lutte ouverte et honnête», a lancé M. Poutine, devant un rassemblement en fin de soirée de plus de 100.000 partisans Place du Manège, face au Kremlin.

Nos électeurs «savent faire la différence entre le désir de renouveau et les provocations politiques dont le but est de détruire notre Etat et d'usurper le pouvoir», a-t-il ajouté. Une allusion claire à la contestation sans précédent dans le pays ces trois derniers mois, qu'il a à plusieurs reprises accusée de servir les intérêts de puissances étrangères.

M. Poutine, qui a déjà effectué deux mandats de quatre ans à la présidence (2000-2008) était accompagné de Dmitri Medvedev, le président sortant qu'il avait propulsé au Kremlin en 2008 faute de pouvoir briguer un troisième mandat consécutif selon la Constitution russe.

Nommé alors à la tête du gouvernement, tout en restant le véritable homme fort, il a été élu dimanche pour un mandat porté à six ans par une réforme constitutionnelle. Il pourra par ailleurs se représenter en 2018 et rester au pouvoir jusqu'en 2024.

L'opposition appelle à la mobilisation

L'opposition, qui a appelé à une grande mobilisation lundi soir à Moscou, a dès dimanche dénoncé un scrutin selon elle faussé et illégitime.

«C'est une élection de voleurs, absolument malhonnête et indigne», a déclaré le candidat communiste Guennadi Ziouganov, en ajoutant: «Nous ne reconnaissons pas ces élections».

Le libéral Vladimir Ryjkov, un des meneurs de la coalition qui a mobilisé des dizaines de milliers de manifestants depuis les législatives de décembre, a jugé de son côté que «pas un paramètre ne permet de considérer cette élection comme légitime».

Mikhaïl Prokhorov n'a pour sa part pas voulu s'exprimer sur la légitimité du scrutin, tandis que MM. Jirinovski et Mironov ont reconnu la victoire de Vladimir Poutine.

Fraudes

Avant la clôture du vote, les représentants de certains candidats, des opposants, les organisations d'observation électorale comme l'association Golos et la Ligue des électeurs ainsi que des médias indépendants ont affirmé avoir recensé quantité de fraudes.

Le site control2012.ru, mis en place pour comptabiliser les infractions constatées par la Ligue des électeurs, le parti démocrate Iabloko et les partisans de M. Prokhorov, avait comptabilisé dans la nuit 5.758 cas.

Ce site recensait notamment 131 cas de bourrage d'urnes et 327 cas de «transport massif d'électeurs», une technique qui permet à un groupe de voter plusieurs fois dans différents bureaux grâce à des autorisations frauduleuses.

Bus

Un journaliste de l'AFP a vu sur une place centrale de Moscou plus d'une centaine de bus ayant conduit à Moscou des milliers de jeunes venus d'autres régions.

Ces personnes n'ont pas voulu dire qui avait organisé leur déplacement, mais ont confié être venues spécialement pour voter pour Poutine. La loi électorale permet à une personne de voter dans un autre bureau que le sien, une règle qui, selon l'opposition, facilite les fraudes.

La mission d'observation électorale de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) doit donner ses conclusions sur le scrutin lundi.

De très importantes forces de police avaient été mobilisées dans le centre de la capitale dimanche soir pour dissuader toute velléité de contestation. (ats/afp)

Le Suisse Andreas Gross constate des manipulations de votes

De nombreux indices de manipulation des élections présidentielles russes ont été remarqués par le conseiller national socialiste et observateur électoral Andreas Gross. Pour lui, le nom du vainqueur ne fait aucun doute: il s'agit de Vladimir Poutine.

«Tout le monde sait qui va gagner», a déclaré M. Gross dimanche à l'ats. Le politicien suisse était stationné dans la ville d'Astrakhan, près de la Mer Caspienne, sur mandat de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

Selon lui, il y a eu de nombreux indices de manipulation des votes en faveur de l'actuel Premier ministre russe. Le nombre d'électeurs inscrits le jour-même dans les locaux de vote était très élevé et il a été à peine possible de contrôler s'ils avaient déjà voté dans d'autres locaux, explique Andreas Gross.

Il a aussi entendu parler des «bus-carrousels», qui amènent les électeurs d'un bureau de vote à un autre ainsi que du vol d'une urne mobile. «Beaucoup de gens ont l'impression que les élections seront faussées comme en décembre lors des élections parlementaires», rapporte-il.

A Astrakhan, la participation se situe en-dessous des 50%. Le faible engagement des électeurs joue aussi en faveur de Vladimir Poutine, déjà élu lors du premier tour, selon Andreas Gross.

Manif à Moscou

Plus de 110'000 partisans de Vladimir Poutine se sont rassemblés dimanche soir dans le centre de Moscou, près du Kremlin, pour une manifestation de soutien au Premier ministre élu au premier tour de la présidentielle, a annoncé la police.

«A 21H50 (17H50 GMT), plus de 110'000 personnes participaient à une manifestation de soutien à Vladimir Poutine sur la place du Manège et dans les rues adjacentes», selon un communiqué de la police moscovite.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!