Syrie - Poutine reçoit Bachar el-Assad et critique l’ingérence étrangère
Publié

SyriePoutine reçoit Bachar el-Assad et critique l’ingérence étrangère

Le président russe a accueilli son homologue syrien au Kremlin, lundi. Ensemble, ils ont fustigé la présence de troupes étrangères sur le sol syrien, sans cadre international.

1 / 1
Le président russe Vladimir Poutine a reçu son homologue syrien, lundi 13 septembre 2021.

Le président russe Vladimir Poutine a reçu son homologue syrien, lundi 13 septembre 2021.

AFP

Le président russe Vladimir Poutine a critiqué la présence de forces étrangères en Syrie et salué les «dommages considérables» portés aux rebelles et jihadistes, en recevant son allié Bachar el-Assad en Russie, a annoncé le Kremlin, mardi.

Lors de cette rare rencontre en tête-à-tête entre les deux hommes, qui a eu lieu lundi, Vladimir Poutine a estimé que les «terroristes ont subi des dommages considérables» en Syrie, où les forces gouvernementales contrôlent selon lui «90% du territoire».

Vladimir Poutine a toutefois estimé, selon un communiqué du Kremlin publié mardi, que le «principal problème» de la Syrie est l’ingérence étrangère sur son sol.

«Les forces armées étrangères, sans décision de l’ONU, sans votre accord, sont présentes sur certains territoires du pays, ce qui est manifestement contraire au droit international et ne permet pas de faire le maximum d’efforts pour consolider le pays et progresser sur la voie de sa reconstruction», a estimé Vladimir Poutine.

Le président russe a également assuré que Bachar el-Assad faisait «beaucoup» pour «établir un dialogue avec (vos) adversaires politiques».

«Résultats significatifs»

Bachar el-Assad a, lui, salué les «résultats significatifs obtenus par la Russie et la Syrie dans la libération des territoires occupés par les combattants et dans la destruction du terrorisme», selon la retranscription en russe de ses propos par le Kremlin.

Il a toutefois reconnu que les «processus politiques» engagés pour mettre un terme à la guerre en Syrie «se sont arrêtés». Il a imputé cet arrêt notamment à «l’influence destructrice» de «certains États».

«Certains États ont imposé des sanctions au peuple syrien, qui peuvent être qualifiées d’anti-humaines, anti-étatiques et illégitimes», a-t-il ajouté.

La Russie est intervenue militairement en Syrie en 2015, permettant aux forces de Bachar el-Assad de regagner la majeure partie des territoires perdus face aux rebelles et jihadistes. Moscou dispose de bases militaires sur place.

Plusieurs cycles de pourparlers parrainés par l’ONU n’ont pas réussi à endiguer les violences en Syrie, qui ont fait environ 500’000 morts et déplacé des millions de personnes depuis le déclenchement du conflit en 2011.

(AFPE)

Ton opinion