Actualisé 10.07.2008 à 19:27

PPDA: «Je vous laisse entre de bonnes mains»

Star du 20h00 depuis 21 ans, Patrick Poivre d'Arvor a présenté jeudi son dernier journal sur TF1. PPDA aurait par ailleurs glissé une phrase à sens caché pendant le journal.

Citant Shakespeare, il a laissé entendre qu'il ne disparaîtrait pas des écrans.

«Je suis sûr qu'on se reverra très vite», a-t-il dit à la fin de son journal. «Shakespeare avait écrit un jour 'ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser'. Très modestement, puisque je n'ai pu éviter ce qui arrive ce soir, je vous embrasse tous et j'embrasse toute la rédaction». Patrick Poivre d'Arvor a ajouté: «Je vous laisse entre de bonnes mains». Il a seulement mentionné Harry Roselmack, qui prendra le relair pendant l'été, mais a omis citer le nom de Laurence Ferrari, sa remplaçante officielle.

Le présentateur a également remercié TF1 de lui avoir «offert ces deux décennies magnifiques». «C'est un métier magique et c'est un bonheur de l'avoir exercé ici». La chaîne a ensuite diffusé un court montage des moments forts de sa carrière.

Phrase cachée

Le journaliste a profité d'un reportage animalier annonçant la naissance d'une petite girafe au zoo de Vincennes pour glisser une phrase en clin d'œil à son départ: «Parfois, on peut tomber de haut mais on rebondit toujours.» a fait remarquer le site dontmiss.fr.

Le présentateur, âgé de 60 ans, a été écarté début juin de la grand-messe de l'information du soir par le directeur général de TF1, Nonce Paolini, qui l'a contraint à céder l'antenne à Laurence Ferrari, 41 ans.

Bien qu'évincé de façon peu cavalière - il dit avoir appris la nouvelle par les journaux - PPDA a continué pendant plus d'un mois à présenter son JT quatre soirs par semaine, sans manifester d'émotion particulière.

Le journaliste, qui pensait conserver son fauteuil de présentateur jusqu'en 2012, a dénoncé en revanche dans un communiqué la brutalité de son éviction alors que son JT était de loin le plus regardé de France.

ats/maf

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!