Japon: Prada ne licencie pas les employés «laids et gros»
Actualisé

JaponPrada ne licencie pas les employés «laids et gros»

Prada a nié avoir licencié une quinzaine d'employés au Japon au motif qu'ils étaient «vieux, laids, gros et pas en harmonie avec le style Prada».

La maison de couture milanaise Prada se défend d'avoir licencié des personnes sur leur physique.

La maison de couture milanaise Prada se défend d'avoir licencié des personnes sur leur physique.

Dans des déclarations vendredi au quotidien japonais Japan Times, l'ex-directrice générale de Prada Japon, Rina Bovrisse, avait déclaré avoir reçu en mai 2009 une lettre de l'administrateur délégué du groupe, Davide Sesia, lui intimant l'ordre de licencier les 15 employés en question.

Mme Bovrisse, qui a reçu samedi une lettre de licenciement avec prise d'effet lundi, affirme en outre avoir été elle-même l'objet de discriminations: il lui aurait été conseillé entre autres de maigrir et de changer de coupe de cheveux.

Des accusations fermement démenties par Prada, qui les qualifie de «sans fondement» lundi dans un communiqué.

«Prada souhaite également souligner que le tribunal japonais compétent a rejeté toutes les accusations de l'employée et a établi que son licenciement était parfaitement légitime», précise le communiqué. Prada Japon, qui gère une quarantaine de boutiques de la griffe, emploie quelque 500 personnes. (afp)

Ton opinion