Publié

LucernePrairie protégée inondée par des castors trop zélés

La Suisse alémanique compte près de 2000 de ces rongeurs. Certains d'entre eux causent actuellement des problèmes aux autorités lucernoises, qui doivent rapetisser un de leurs barrages.

par
Noah Knüsel/ofu
1 / 4
28.12. Les castors de Root (LU) ont provoqué l'inondation de 700 mètres carrés de pelouse, appartenant à un bas-marais d'importance nationale.

28.12. Les castors de Root (LU) ont provoqué l'inondation de 700 mètres carrés de pelouse, appartenant à un bas-marais d'importance nationale.

Ruedi Helfenstein
Afin de régler le problème, les autorités lucernoise vont devoir rapetisser de 20 centimètres un de leurs barrages secondaires.

Afin de régler le problème, les autorités lucernoise vont devoir rapetisser de 20 centimètres un de leurs barrages secondaires.

Lawa
Selon une employée du canton, les castors ne devraient pas réagir de manière violente.

Selon une employée du canton, les castors ne devraient pas réagir de manière violente.

AP/Eckehard Schulz

Plusieurs castors se sont installés en 2015 au bord d'un petit ruisseau à Root (LU). Et depuis leur arrivée, les animaux n'ont pas chômé. Ils ont construit un barrage principal ainsi que deux ouvrages secondaires. Entre le 10 et le 28 novembre de cette année, les bêtes ont même augmenté la hauteur de leur barrage principal de 20 centimètres, peut-on lire dans la feuille officielle du canton de Lucerne.

Mais le zèle des castors n'est pas resté sans conséquence pour la nature environnante. Près de 700 mètres carrés de zones herbeuses se retrouvent presque constamment inondés. Or, comme ce bout de terrain appartient à un bas-marais d'importance nationale, les autorités cantonales sont forcées d'intervenir.

«Les castors ne deviennent pas agressifs»

Deux mesures sont prévues: l'installation d'une conduite d'évacuation, passant à travers le barrage principal, et des travaux visant à rapetisser de 20 centimètres un des barrages secondaires. Pour cela, des employés devront enlever à la main des branches de la construction.

Priska Ineichen, du service de l'agriculture et des forêts du canton de Lucerne, explique que l'intervention ne devrait pas perturber les animaux. «Les castors ne deviennent pas agressifs, sauf si on les surprend ou qu'on les dérange pendant qu'ils construisent leur barrage ou s'ils se sentent pris au piège.»

«Une pratique courante»

Peter Lakerveld, chef de projet auprès de Pro Natura, précise qu'idéalement il ne faudrait pas toucher aux constructions des castors. «Mais l'expérience nous montre que rapetisser des barrages de manière artificielle est une pratique courante. Et c'est moins grave de le faire avec un barrage secondaire qu'avec un barrage principal.»

Peter Lakerveld ne veut pas s'exprimer sur l'affaire dans le canton de Lucerne parce qu'il n'en connaît pas les détails. Il précise néanmoins: «Les gens interviennent souvent rapidement dans l'espace de vie des castors. Mais avant cela, il faut toujours prendre en compte les intérêts des animaux.» L'expert rappelle aussi que les castors sont une espèce protégée dans notre pays... même si sa population est devenue plus stable au cours des dernières années.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!