Actualisé 08.08.2017 à 18:43

Immigration de masse

Préférence indigène: les ORP créent 270 emplois

Ces nouveaux postes sont la conséquence des mesures décidées par le Parlement pour appliquer l'initiative de l'UDC du 9 février 2014.

Le Parlement a souhaité en effet favoriser les demandeurs d'emploi établis en Suisse. (Photo d'illustration)

Le Parlement a souhaité en effet favoriser les demandeurs d'emploi établis en Suisse. (Photo d'illustration)

Keystone

Les Offices régionaux de placement (ORP) sont en train de créer quelque 270 emplois. Ces nouveaux postes sont la conséquence des mesures décidées par le Parlement pour appliquer l'initiative contre l'immigration de masse.

«Pour les cantons, ce développement des effectifs constitue un gros défi», a expliqué mardi en conférence téléphonique Boris Zürcher, chef de la direction du travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). La mesure doit entrer en vigueur à partir du 1er janvier de l'an prochain.

Selon les estimations du SECO, les employeurs devront avec la nouvelle règle annoncer annuellement quelque 218'000 places vacantes, sur les 700'000 pourvues chaque année. Ce nombre apparaît supérieur de 180'000 unités à celui relevé en 2016 pour l'ensemble des groupes de métier concernés.

Préférence indigène

Pour mémoire, le Conseil fédéral a fixé à la mi-juin les grandes lignes du système d'annonce des postes vacants au service public de l'emploi. Le Parlement a souhaité en effet favoriser les demandeurs d'emploi établis en Suisse.

Sa loi veut que les employeurs soient obligés de communiquer les postes vacants dans des groupes de profession, des domaines d'activité ou des régions économiques enregistrant un taux de chômage supérieur à la moyenne aux ORP.

Les employeurs souhaitant recruter dans des professions frappées par au moins 5% de chômage devront réserver leur offre durant cinq jours. L'idée de ce seuil pour mettre en oeuvre la préférence indigène est de donner une longueur d'avance aux personnes inscrites auprès des ORP.

Pendant cinq jours, les offres d'emploi ne seront visibles que par ces personnes et les collaborateurs du service public de l'emploi. Ces derniers enverront les dossiers aux employeurs qui inviteront les candidats pour un entretien d'embauche ou pour clarifier leur aptitude.

Pas de soucis informatiques

Les employeurs seront libres d'engager les candidats qui font l'affaire. Le Conseil fédéral a mis son projet en consultation à la fin juin jusqu'au 6 septembre.

Au-delà, Boris Zürcher a relevé que des ORP et 1500 intermédiaires privés travaillaient déjà avec les systèmes informatiques devant assurer la mise en oeuvre du mécanisme de préférence indigène. Il a estimé que les programmes fonctionnaient à satisfaction, rejetant des critiques formulées dans la presse alémanique de dimanche. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!