Premier cas de choléra à Bagdad
Actualisé

Premier cas de choléra à Bagdad

L'Organisation mondiale de la santé a confirmé jeudi le tout premier cas de choléra à Bagdad, suscitant la crainte d'une propagation de la maladie en Irak.

Il concerne une jeune femme de 25 ans, vivant dans la partie ouest de la capitale irakienne, qui s'est présentée dans un hôpital après avoir été victime de diarrhée, a déclaré le Dr Naeema al-Gasseer, représentant l'OMS en Irak.

Le choléra est une grave maladie épimédique caractérisée par des selles fréquentes, des vomissements, des crampes et un grand abattement. La maladie, qui résulte de l'absorption par la bouche d'eau ou d'aliments contaminés, peut être fatale. Elle est apparue à la mi-août en Irak, mais s'est limitée au nord du pays.

Plusieurs cas suspects ont été rapportés dans la province de Diyala, au nord de Bagdad, mais le Dr al-Gasseer a précisé qu'aucun d'entre eux n'avait été confirmé.

D'après elle, les autorités sanitaires s'inquiètent d'une possible propagation de la maladie, en raison des déplacements de populations à l'intérieur des frontières de l'Irak. Des centaines de milliers de personnes ont en effet été contraintes de quitter leur logement en raison des violences.

Selon le dernier rapport de l'OMS, datant du 14 septembre, un total de 24.532 personnes présentant des symptômes du choléra tels que la diarrhée et les vomissements a été dénombré dans les provinces septentrionales de Souleimaniyeh, Tamime et Erbil. L'OMS a précisé que dix personnes étaient mortes, neuf dans celle de Souleimaniyeh et une dans celle de Tamime. (ap)

Ton opinion