Actualisé 07.04.2017 à 15:49

GenèvePremier coup de pioche pour une nouvelle caserne

L'armée suisse disposera, fin 2018, d'un nouveau bâtiment de stationnement dans le canton, pouvant abriter 300 militaires.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin a salué l'ouverture du chantier.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin a salué l'ouverture du chantier.

Keystone

La première pierre de la caserne de Meyrin-Mategnin a été posée vendredi, en présence des autorités fédérales et cantonales.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du département de la défense (DDPS), a salué l'ouverture du chantier. Ce premier coup de pioche est selon lui «le témoignage des liens confédéraux forts entre Genève et le reste de la Suisse».

Trois projets

Ce nouveau lieu de cantonnement de la troupe est aussi «le premier pas d'un programme plus vaste», a rappelé M. Parmelin. Le canton de Genève compte, en effet, encore transformer la place d'exercice des troupes de sauvetage d'Epeisses (GE) en centre d'instruction et bâtir un centre de logistique militaire et civile à Aire-la-Ville (GE).

Le Grand Conseil genevois doit encore donner son aval pour la construction de ces deux derniers projets. Concernant la caserne de Meyrin-Mategnin, tous les obstacles ont été franchis. En février 2016, les Genevois avaient approuvé par plus de 68% des voix le crédit de 20,9 millions de francs, qu'un référendum contestait.

Récupérer le site des Vernets

Une fois que l'armée suisse aura à sa disposition les nouvelles infrastructures militaires, elle pourra quitter la caserne des Vernets, un site au coeur de la ville qu'elle pourrait théoriquement occuper jusqu'en 2040. Sur ce périmètre, le canton projette de construire notamment 1500 nouveaux logements.

A Meyrin-Mategnin, la troupe se trouvera logée à proximité de l'aéroport de Genève. L'armée suisse assume régulièrement au bout du lac des missions de protection des bâtiments diplomatiques ou participe à la surveillance de l'aéroport lors d'événements majeurs liés à la Genève internationale.

La future caserne n'abritera pas exclusivement des militaires. Elle pourra par exemple accueillir des renforts de police ou des aspirants de l'Académie de police de Savatan. Ce partage d'utilisation impliquera une planification «rigoureuse», qui sera assumée par le canton de Genève, a indiqué ce dernier. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!