Actualisé 04.12.2017 à 19:26

Genève

«Premier coup de semonce pour le Conseil d'Etat»

Les employés de l'Etat ont manifesté contre les projets de l'Exécutif concernant leurs salaires et leurs retraites.

de
Maria Pineiro

«On coupe on coupe on coupe!» C'est le constat que faisait lundi Marc Simeth, président du Cartel intersyndical de la fonction publique à propos de la politique du Conseil d'Etat. Avec lui, ce sont entre 1500 et 2000 personnes qui ont défilé en début de soirée pour manifester leur opposition aux volontés du gouvernement.

Dans le viseur: SCORE, le projet de refonte de la grille salariale de l'Etat, et la réforme de la caisse de pension de la fonction publique. «Nos conditions de travail empirent, de même que les prestations offertes à la population. Ce qui n'empêche pas les coupes», déplore Aude, enseignante.

Deuxième grève en vue

Avant ce «premier coup de semonce», selon Marc Simeth, les employés de l'Etat étaient appelés à faire grève dans l'après-midi. Hier, en début de soirée, il était impossible de connaître la mobilisation autour de cet arrêt de travail.

Néanmoins, les 600 personnes réunies avant le défilé ont voté à une très large majorité plusieurs mesures afin de «monter en puissance dans un mouvement appelé à durer», a averti Marc Simeth. Ainsi, un rassemblement est prévu mercredi après-midi, après une rencontre entre les syndicats et le gouvernement. Un préavis de grève a été accepté pour le 14 décembre après-midi alors que le Grand Conseil entamera les débats sur le budget 2018.

Syndicalistes et fonctionnaires avaient hier à l'esprit le mouvement de protestation de l'automne 2015 qui a «permis de faire reculer le Conseil d'Etat». A l'époque, le gouvernement avait envisagé une série de mesures: hausse du temps de travail, gel des embauches, facilitation des licenciements et blocage de l'annuité. Après six jours de grève et des manifestations importantes, les deux parties avaient trouvé un accord. Les mesures avaient été suspendues, les syndicats avaient notamment accepté de renoncer à leur annuité.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!