Actualisé

LausannePremière pierre au musée des Beaux-Arts

Une boîte contenant 79 oeuvres d'artistes sera enterrée dans les fondations du nouveau Musée cantonal.

Le conseiller d'Etat responsable des constructions Pascal Broulis (à dr.) et son homologue en charge de la culture Anne-Catherine Lyon (centre).

Le conseiller d'Etat responsable des constructions Pascal Broulis (à dr.) et son homologue en charge de la culture Anne-Catherine Lyon (centre).

photo: Keystone

C'est une première pierre symbolique qui a été posée jeudi à Lausanne sur le chantier du nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts (mcb-a): une boîte contenant 79 oeuvres d'artistes qui sera enterrée dans les fondations de l'institution.

«Ce sont les artistes (...) qui feront vivre ce musée dont nous posons la première pierre. C'est pour cette raison que nous avons décidé de les placer, ces oeuvres et ces artistes, symboliquement au coeur de ce bâtiment», a expliqué sur le chantier et devant quelque 450 personnes, Bernard Fibicher, directeur du mcb-a.

Des petits objets et oeuvres de Balthus, Zao Wou-Ki, Ai Weiwei ou encore Olivier Mosset ont ainsi été enfermés dans cette boîte, accompagnés de documents techniques du bâtiment et du concours d'architecture. Le tout a été scellé lors d'une cérémonie qui s'est tenue en contrebas du public, dans ce qui s'apparente encore à un grand trou.

Un pari

Après le refus par la population du projet de musée à Bellerive en 2008, «le pari n'était pas gagné», a rappelé Pascal Broulis, conseiller d'Etat responsable des constructions. Et de notamment saluer la «ténacité» de sa collègue en charge de la culture Anne-Catherine Lyon ainsi que son «enthousiasme et sa conviction».

Les dernières oppositions au projet près de la gare ayant été levées, l'inauguration du site est prévue pour l'automne 2019.

Emotion particulière

A l'heure du coup d'envoi de ce chantier, premier édifice du pôle baptisé Plateforme10, la ministre de la culture n'a pour sa part pas caché une «émotion particulière». Celle qui ne briguera finalement pas de quatrième mandat lors des élections cantonales au printemps prochain a expliqué que depuis 1926 déjà, le Musée cantonal des Beaux-Arts est à l'étroit à Rumine.

Et Anne-Catherine Lyon de déjà tourner son regard vers l'avenir. «Avec Pascal Broulis, nous avons toujours l'ambition de faire plus encore». En effet, la parcelle de 22'000 m2 située à deux pas de gare est vouée à accueillir à deuxième bâtiment qui hébergera l'Elysée et le Musée de design et d'art appliqués contemporains (mudac).

Côtés sous

Côté financement, la première étape est estimée à 84 millions de francs. Plus de 44 millions proviennent du Canton et 5 millions de la Ville. Les participations de mécènes et de partenaires privés atteignent un total de 35,695 millions.

S'agissant du deuxième volet, évalué à 100 millions, le Canton doit débourser 40 millions et la Ville 20. Le solde doit provenir de fonds privés.

Projet exemplaire

Présente pour l'occasion, la directrice de l'Office fédéral de la culture Isabelle Chassot a pour sa part salué un projet rassemblant trois institutions muséales distinctes sur une plateforme des arts visuels. «Une mise en commun des institutions ambitieuse, courageuse et exemplaire», a applaudi la Fribourgeoise. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!