Lausanne: Première suisse: un master à 50%
Actualisé

LausannePremière suisse: un master à 50%

L'UNIL lance un cursus à temps partiel pour aider les jeunes à allier job et études. Une démarche qui soulève quelques craintes.

par
Céline Duruz
L'Université de Lausanne est la première université suisse à proposer un module à temps partiel.

L'Université de Lausanne est la première université suisse à proposer un module à temps partiel.

Passer la moitié de la semaine en cours et le reste au boulot, c'est désormais possible. L'UNIL est la première université de Suisse à proposer, dès la rentrée du 27 septembre, un cursus de master à mi-temps. Il s'applique à toutes les branches d'études, après l'obtention d'un bachelor, sauf à celle en sciences infirmières. «Ce n'est pas de la promotion pour le tourisme universitaire ni des cours le week-end, mais l'occasion rêvée pour les jeunes de poursuivre leurs études en gardant un pied dans le monde professionnel», précise Géraldine Falbriard, porte-parole de l'université.

Pour se faire admettre à mi-temps, il faut toutefois montrer patte blanche. Des certificats de travail (prouvant un taux d'activité minimal de 30%), de santé ou de famille sont requis. Les acceptations se font au compte-gouttes et au cas par cas. Cette année, seule une vingtaine d'étudiants, sur les 12 000 attendus à la rentrée, ont choisi de suivre cette voie.

La Fédération des associations d'étudiants (FAE) salue cette décision, qui est le résultat de demandes répétées de flexibilisation des plans d'études. Elle s'interroge toutefois: cette mesure aura-t-elle des conséquences sur l'attribution des bourses? «Si les étudiants peuvent financer leurs cours en cumulant les jobs alimentaires, nous craignons que les politiques refusent de donner certaines bourses à l'avenir, note Samuel Beroud, coprésident de la FAE. Le contrôle doit être serré. Mais si cette mesure favorise l'entrée dans le monde professionnel et améliore les situations sociales difficiles, c'est un énorme progrès.»

De l’usine à l’institut

L’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) a inauguré mercredi ses nouveaux murs, au cœur du campus de Dorigny (Lausanne), en présence du conseiller fédéral Didier Burkhalter. En 1981, l’IDHEAP avait deux bureaux à l’EPFL; aujourd’hui, il se dote de son propre bâtiment, capable d’accueillir quelque 600 étudiants et 80 collaborateurs. Les locaux, une ancienne usine, occupent une surface de 4700 m².

Rentrée record pour la HEP

La Haute Ecole pédagogique (HEP) vaudoise connaît une rentrée record. Elle va accueillir dès mardi 23% d’étudiants en plus et dépasser le cap des 1500. Elle veut se profiler comme un pôle de compétence. «Le taux d’encadrement est désormais aux valeurs limites», a souligné mercredi le recteur, Guillaume Vanhulst. En collaboration avec l’Université de Lausanne, l’école propose un master en sciences et pratiques de l’éducation, avec une première volée d’une trentaine d’étudiants.

Ton opinion