Cuba: Première visite d'un chef d'Etat chilien depuis Allende
Actualisé

CubaPremière visite d'un chef d'Etat chilien depuis Allende

La présidente socialiste du Chili, Michelle Bachelet, a entamé mercredi une visite d'Etat à Cuba.

Ce voyage est le premier depuis celui de Salvador Allende il y a 37 ans.

Accompagnée d'une importante délégation de ministres et entrepreneurs, Mme Bachelet est arrivée mardi soir à La Havane, annonçant son intention d'approfondir le "dialogue politique" avec Cuba.

"Nous espérons que cette visite permettra de poursuivre l'approndissement de l'intégration régionale, le dialogue politique, la recherche de solutions communes aux défis communs dans notre région", a-t-elle déclaré.

Cette visite intervient au moment où le chef de l'Etat cubain Raul Castro, lui-même de retour mardi d'une longue tournée en Russie, en Angola et en Algérie, déploie une intense activité diplomatique, après avoir proposé un "dialogue direct" à son ennemi déclaré, les Etats-Unis.

La présidente chilienne, qui séjourne à La Havane jusqu'à vendredi, est le quatrième dirigeant à se rendre à Cuba cette année, après ceux du Panama, d'Equateur et d'Argentine.

Son déplacement a provoqué une polémique au Chili, où l'opposition lui a reproché de n'avoir pas prévu de rencontres avec des représentants de la dissidence cubaine.

Plusieurs dissidents, qui ont sollicité une rencontre, ont laissé éclater leur déception mercredi, évoquant la dictature du général Augusto Pinochet au Chili (1973-1990), pendant laquelle Mme Bachelet avait été torturée et son père exécuté.

"La visite de Bachelet est frustrante. Compte tenu de la dictature qu'elle a connue, nous espérions sa solidarité", a affirmé à l'AFP Vladimiro Roca, l'un de leur chefs de file.

La présidente chilienne devait s'entretenir avec son homologue cubain mercredi soir au Palais de la Révolution, avant d'inaugurer le lendemain la "Feria du livre de La Havane", dédiée cette année au Chili.

Son programme officiel ne précise pas si une rencontre est également prévue avec le fondateur du régime communiste, Fidel Castro, qui a cédé le pouvoir à son frère Raul en juillet 2006, à la suite d'une grave maladie.

En janvier dernier, Fidel Castro avait reçu dans sa retraite médicale la présidente argentine Cristina Kirchner, mettant fin à des rumeurs alarmantes sur son état de santé.

Le "lider maximo" fut l'ami de l'ancien président socialiste chilien Salvador Allende, renversé par le coup d'Etat du général Pinochet en 1973, au cours duquel il se suicida avec une arme offerte par Fidel Castro.

(ats)

Ton opinion