Suisse romande: Premières dénonciations et patrouilles antiréunions
Actualisé

Suisse romandePremières dénonciations et patrouilles antiréunions

En Valais, la police dénonce ceux qui ne respectent pas les directives fédérales. Ailleurs, on mise encore sur la prévention.

par
ats/gma

La police valaisanne a procédé mardi après-midi à trois dénonciations à Haute-Nendaz, Steg et Sion. Dans deux cas, des restaurants ont servi des boissons à des clients. Le troisième concerne un magasin de vêtements qui n'avait pas fermé. Selon l'ordonnance du Conseil fédéral, les contrevenants s'exposent à une peine privative de liberté de 3 ans au plus ou à une peine pécuniaire, a rappelé la police mercredi.

Partout, les agents multiplient les patrouilles. Un effort particulier est mis sur les lieux de réunion les plus courants, a indiqué la police cantonale fribourgeoise, qui s'est coordonnée avec les forces de l'ordre communales.

Au bord du lac, dans les parcs et au centre-ville, des policiers lausannois ont patrouillé à pied et à vélo pour informer la population. Mais le ton pourrait se durcir si les règles n'étaient pas respectées. «La promenade isolée, oui. Les pique-niques, non», répète Pierre-Antoine Hild­brand, municipal chargé de la de police. Et pour les personnes à risque, «c'est le moment de rester chez soi».

Coronavirus: Zermatt vidé de ses touristes

Installations à l'arrêt, rues désertes... le village de Zermatt est méconnaissable en ce mercredi de la mi-mars. Ce haut lieu du tourisme est touché de plein fouet par la crise du coronavirus et les mesures appliquées par la Confédération en lien avec l'état d'urgence.

Pas de chasse aux sorcières

Dans le Jura, tout le monde ne respecte pas les mesures pour freiner la propagation du virus, déplore le Canton. Il n'y a toutefois pas encore eu de dénonciations. Le procureur général, Nicolas Theurillat, ne veut pas faire une chasse aux sorcières. Les autorités misent d'abord sur la prévention avant de passer à la répression.

En Suisse alémanique, on ne signalait pas encore de sanctions mercredi. 

Ton opinion