Chine/USA: Premières discussions militaires entre Pékin et Washington
Actualisé

Chine/USAPremières discussions militaires entre Pékin et Washington

Pékin et Washington se sont engagés à tout faire pour éviter de nouveaux incidents maritimes lors des premières consultations militaires de l'ère Obama.

Au coeur des discussions figuraient également les ambitions nucléaires de la Corée du Nord et la question de Taïwan.

Cette rencontre devait initialement avoir lieu l'année dernière, mais la Chine l'avait annulée pour protester contre la vente annoncée d'armes à Taïwan, pour plus de 6 milliards.

La Chine a de nouveau appelé les Etats-Unis à annuler ce projet, car elle considère Taïwan comme sa province. La délégation américaine, qui s'est réjouie de la détente dans le détroit de Taïwan, a annoncé la révision du projet, hérité de l'administration Bush.

Les deux grandes puissances ont évoqué les incidents - trois depuis mars - entre navires américains et chinois au large des côtes du géant asiatique.

«La Chine a réaffirmé son opposition à ce que des navires et avions américains mènent des activités de surveillance dans la zone économique exclusive chinoise», a déclaré à la presse Ma Xiaotian, chef d'état-major adjoint de l'Armée populaire de Libération, qui a mené la délégation chinoise.

La Chine a par ailleurs prôné le dialogue dans le dossier nord- coréen, alors que les Etats-unis auraient espéré voir Pékin, principal soutien de Pyongyang, adopter une attitude plus ferme face à ce pays se présentant comme «une fière puissance nucléaire».

Vers un nouvel essai de missile ?

Michele Flournoy, sous-secrétaire de la Défense, a expliqué que les délégations n'étaient pas entrées dans les détails, notamment sur l'application de la nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU renforçant les sanctions économiques contre Pyongyang après son deuxième essai nucléaire.

Les sanctions prévues, auxquelles la Chine ne s'est pas opposée, doivent renforcer l'embargo sur les livraisons d'armes à la Corée du Nord. Selon des estimations, la Corée du Nord recueille 1,5 milliard de dollars par an de ses ventes d'armes, sur un PIB annuel total de l'ordre de 20 milliards de dollars.

Du côté de Pyongyang, rien ne laisse augurer d'une atténuation de la tension. De source proche de la présidence sud-coréenne, citée par la presse du Sud, on dit que Pyongyang pourrait être prêt à effectuer de nouveaux tirs expérimentaux de son missile de longue portée Taepodong-2.

Ce missile, dont le tir pourrait intervenir dans quelques semaines, serait à même d'atteindre certaines parties du territoire américain. Il faudrait nettement moins de temps pour préparer les missiles de moyenne portée, lesquels peuvent atteindre la totalité de la Corée du Sud et la majeure partie du Japon. (ats)

Ton opinion