Actualisé 20.02.2008 à 21:46

Premières impressions du millésime 2007

Malgré un ciel capricieux, le millésime 2007 a toutes les caractéristiques d'une excellente année.

Elaborer un bon vin demande d'avoir récolté du bon raisin. Et obtenir des grains mûrs et sucrés nécessite, outre les soins attentifs d'un professionnel passionné, un coup de pouce du ciel. Pour obtenir une vendange saine, il importe que le climat ait été clément lors des phases critiques du développement de la plante. Sinon, le moindre aléa peut avoir des conséquences désastreuses: un soleil trop ardent brûle les baies, des pluies surabondantes favorisent la propagation de champignons dévastateurs, la grêle anéantit la récolte.

Le climat capricieux de l'an passé a causé beaucoup de souci aux vignerons. Par bonheur, après dégustation des premiers vins de 2007 arrivés au terme de leur élevage, les œnologues arborent un large sourire. De l'avis des experts, la viticulture suisse se dirige vers un millésime similaire à ceux encavés en 2000 et en 2002, qui ont donné des crus magnifiques. Selon l'Office des vins vaudois, les chasselas sont «généreusement fruités et mettent en exergue d'intéressantes expressions aromatiques», les rouges apparaissent «charnus, aux robes intenses, expressifs et équilibrés» alors que les spécialités se révèlent «racées, structurées et déjà flatteuses». En Valais, à Genève et à Neuchâtel, on promet aussi une qualité exceptionnelle.

Seul bémol dans ce concert optimiste, les quantités peu abondantes surtout en ce qui concerne les différents pinot. Qu'il soit noir, gris ou blanc, ce cépage délicat a souffert des précipitations survenues au début du printemps. Comme le préviennent les encaveurs, il sera donc aussi rare que précieux.

Alexandre Truffer

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!