Actualisé 16.10.2008 à 22:01

EnquêtePremières statistiques sur la violence scolaire

Selon le premier recensement SIGNA, trois élèves sur mille en seraient victimes. Des chiffres à prendre avec recul.

de
Renaud Bournoud

Bagarres, racket, insultes et déprédations ont été recensées dans les préaux des écoles pendant l'année scolaire 2007-2008. Le canton en a dénombré 338 en tout. Trois élèves sur mille en seraient ainsi victimes.

C'est ce qui ressort du premier recensement SIGNA, nom du système informatique que l'Etat français a mis gracieusement à disposition pour ce recensement. Les atteintes verbales et physiques à autrui arrivent en tête au cycle d'orientation. Dix élèves sur mille sont concernés. Dans le post-obligatoire, les étudiants commettent davantage de déprédations.

«Jusqu'à présent, le débat sur la violence scolaire était irrationnel. Il se faisait sans chiffres», a regretté jeudi Charles Beer, le patron de l'Instruction publique. «C'est la première fois en Suisse qu'un canton mène ce genre d'enquête, explique Claude Goldchmid, chef du projet. Nous n'avons donc pas de point des comparaison.»

Les statistiques sont donc à prendre avec des pincettes. D'autant que l'enquête n'enregistre que les faits observés et déclarés. «Des établissements de plus de mille élèves n'ont signalé aucun acte de violence. Ce qui est peu réaliste», reconnaît le magistrat. Certains chiffres sont effectivement étonnants. Par exemple, seuls quatre tags ont été recensés.

«Cela va prendre encore du temps pour que les acteurs du milieu scolaires signalent systématiquement les acte de violence», concède Dominique Gros du Service de recherche en éducation.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!