Chine: Premiers procès d'agresseurs présumés à la seringue

Actualisé

ChinePremiers procès d'agresseurs présumés à la seringue

Trois personnes ont été condamnées samedi à de lourdes peines de prisons par un tribunal d'Urumqi, la capitale du Xinjiang, pour des attaques présumées à la seringue.

Un tribunal de la province du Xinjiang, dans l'ouest de la Chine, a condamné trois personnes à quinze, dix et sept ans de prison samedi pour une mystérieuse série d'attaques à la seringue, imputées aux Ouïghours, qui a suscité des manifestations contre le gouvernement local.

Plusieurs dizaines de milliers de Hans ont manifesté ces derniers jours à Urumqi, la capitale de la province, reprochant aux autorités de ne pas assurer leur sécurité. Plus de 500 personnes ont dit avoir été attaqué, même si, selon des médias publics, seulement une centaine ont montré des signes de piqûre.

Le tribunal d'Urumqi a condamné Yilipan Yilihamu, 19 ans, à 15 ans de prison pour avoir planté une aiguille dans la fesse d'une femme le 28 août, selon l'agence Chine Nouvelle.

Un homme de 34 ans et une femme de 22 ans ont été condamnés respectivement à dix et sept ans de prison, pour avoir menacé un chauffeur de taxi avec une seringue et lui avoir volé 710 yuans (71 euros) le 29 août.

D'après la radio nationale chinoise, ils sont tous les trois membres de la minorité ouïghoure, qui représente 45% de la population au Xinjiang.

Aucune des victimes présumées de ces attaques n'a souffert de maladie, d'empoisonnement ou d'autres effets secondaires. (ats)

Ton opinion