Genève: «Prends notre fils et va sur le balcon!»
Actualisé

Genève«Prends notre fils et va sur le balcon!»

L'incendie qui a ravagé un immeuble de la rue des Contamines dans la nuit de jeudi à vendredi a fait huit blessés graves. Trois d'entre eux ont été héliportés au CHUV. Une habitante témoigne.

par
Marine Guillain/ats

Lilia a plutôt bonne mine, ce vendredi matin, pour quelqu'un qui n'a pas dormi de la nuit et qui a vu son appartement partir en fumée. Elle songe déjà aux nouveaux vêtements qu'elle va acheter pour son fils de 3 ans, à l'hôtel dans lequel elle et sa famille s'installeront durant quelques jours, à sa boutique où elle n'ira pas travailler aujourd'hui, et aux assurances qu'elle doit contacter. Encore un peu sous le choc, elle revient sur la nuit mouvementée qu'elle vient de passer.

Lilia dort depuis à peine 2 heures lorsque son détecteur de fumée s'enclenche, à 2h du matin, dans son appartement au 9 rue des Contamines. «J'ai allumé la lumière et j'ai vu la fumée qui pénétrait dans mon appartement, raconte la femme de 42 ans. J'ai ouvert ma porte d'entrée et j'ai vu encore plus de fumée, alors j'ai voulu refermer mais je n'arrivais pas, car la porte brulait déjà!» Des voisines l'interrompent, lui demandent si elle va bien et s'il y a eu des morts. Des larmes montent aux yeux de la quadra: «Je ne crois pas, les pompiers ont évacué tout le monde, c'était tellement impressionnant».

Un feu d'une grande violence

Sur le moment, l'instinct de survie semble avoir été plus fort que la peur. Lilia crie à son mari: «Prend notre fils et allez sur le balcon! Roule des draps, comme ça on pourra descendre notre fils et suivre derrière s'il faut!» Rapidement, les pompiers arrivent sur le lieux et évacuent la quarantaine d'habitants, des personnes âgées pour la plupart (lire encadré).

«C'était un feu d'une grande violence qui a dégagé beaucoup de fumée et des gaz chauds», selon le commandant du Service d'incendie et de secours Nicolas Schumacher. Les flammes se sont rapidement propagées jusqu'au cinquième étage dans la cage d'escalier en colimaçon qui a agi comme une cheminée, précise le premier lieutenant Marc Feuardent.

Lilia s'étonne de la rapidité avec laquelle les secours ont procédé. Deux tentes gonflables du poste médical avancé ont été installées dans la rue des Contamines pour prendre les habitants en charge. D'importants moyens médicaux ont été déployés avec six ambulances, des médecins urgentistes et des samaritains. La Protection civile (PC) a aussi été appelée en renfort, notamment pour organiser le relogement d'urgence des sinistrés. Quinze personnes ont ainsi été accueillies à l'abri PC des Grottes. Les autres ont trouvé refuge chez des proches.

Huit blessés graves

La violence du sinistre a fait huit blessés graves, brûlés ou intoxiqués. Trois d'entre eux ont été héliportés au CHUV, à Lausanne. En plus des blessés graves, onze personnes ont été intoxiquées et 28 autres ont subi des contrôles. Au total, quatorze blessés, dont deux enfants, ont été acheminés vers les urgences de l'Hôpital universitaires de Genève (HUG). «Le feu a démarré dans un appartement du 1er étage, puis s'est propagé dans la cage d'escaliers», indique Christophe Fortis. Le porte-parole de la police ajoute que la cause du sinistre est pour l'instant inconnue.

Des travaux d'étayage des dalles sont en cours pour sécuriser le bâtiment. Un mur porteur en brique a été touché, a précisé le premier lieutenant Feuardent. L'appartement du premier où le feu s'est déclaré a été entièrement détruit et celui d'en face partiellement. Les autres logements n'ont pas subi de dégâts importants. Les habitants pourront les réintégrer d'ici un à deux jours. Vendredi matin, la rue était encore bouclée. Les enquêteurs s'affairaient sur le site pour essayer de comprendre l'origine de ce violent incendie. Lilia, elle, s'apprêtait à rejoindre son mari et son fils à l'abri.

Les vidéos de l'incendie envoyées par des lecteurs:

Une cinquantaine de pompiers sur place

L'alarme a été déclenchée à 2h04. Un important dispositif a immédiatement été déployé: 29 pompiers du SIS, cinq du Service de sécurité de l'Aéroport (SSA), 15 pompiers volontaires, une quinzaine de policiers et plusieurs médecins. Les hommes du feu sont intervenus avec 22 véhicules. Ils ont mis 40 minutes pour maîtriser le sinistre. L'immeuble de sept étages a été entièrement évacué.

Une dizaine d'habitants ont été sortis par les échelles côté rue. L'arrière de l'immeuble, qui donne sur de la verdure, n'était pas accessible aux véhicules. Un coussin gonflable a ainsi été déployé afin qu'une ou deux personnes puissent sauter hors de leur logement. Les pompiers sont allés chercher les autres habitants une fois la cage d'escalier sécurisée. Ils ont été équipés de cagoules de sauvetage pour être évacués, selon le capitaine Schumacher.

Un spectacle choquant

«J'étais aux premières loges, j'ai vu les flammes devenir de plus en plus violentes. Des gens étaient sur leur balcon, ils étaient coincés car ça brulait dans la cage d'escalier». Cet habitant de la rue Florissant à la vue sur la cour, la même que celle sur laquelle donne l'immeuble de la rue des Contamines qui a pris feu. Ce sont les bruits du verre qui éclatait qui l'ont réveillé, au milieu de la nuit. «Une dame hurlait au secours, c'était extrêmement choquant d'assister à ça. On a immédiatement appelé les secours et on a prié pour qu'ils arrivent rapidement. Ils ont dû mettre moins de 10 minutes à arriver, mais ça m'a paru très long».

Ton opinion