Actualisé 12.06.2012 à 09:23

EtudePrès d'un ado sur deux est stressé

Les jeunes subissent toujours plus de pression, que se soit à l'école ou à la maison. Celles et ceux qui ignorent leur stress, risquent de tomber malades plus tard.

de
Lorenz Hanselmann/Olivia Fuchs
61% des filles et 41% des garçons disent être souvent stressés.

61% des filles et 41% des garçons disent être souvent stressés.

«C'est à 15 ans que commence la période la plus stressante de la vie. Les parents et l'école sont toujours plus exigeants, alors que la puberté en soi est déjà assez stressante.» Le psychanalyste Markus Fäh n'est pas étonné par les résultats d'une récente étude du département bâlois de la santé, réalisée auprès de 1400 adolescents de 14 et 15 ans. Près de 61% des filles et 41% des garçons se sentent souvent stressés. Ce qui les rend de mauvaise humeur, les empêche de dormir et provoque des douleurs physiques, tels que des maux de dos.

Les jeunes ont affirmé que l'école était le plus grand facteur de stress. Suivent le manque de temps et la famille. Les filles ont par ailleurs signalé qu'elles se préoccupaient beaucoup de leur apparence. Les ados étrangers, eux, se soucient de trouver une place d'apprentissage. Les conséquences sont non-négligeables, selon Markus Fäh et Thomas Steffen, médecin cantonal et un des auteurs de l'étude: «Les performances scolaires peuvent baisser. Certains risquent de développer des dépendances comportementales, comme une forte addiction aux jeux.» Près de 7% ont par ailleurs affirmé combattre le stress par des cigarettes et des joints, 4% se saoulent, écrit mardi «20 Minuten».

«Nous nous dirigeons vers une société complètement épuisée. Si les ados ignorent le stress, les risques qu'ils devront suivre une thérapie plus tard augmentent», signale Fäh qui tire la sonnette d'alarme: «Nous devons résoudre rapidement ce problème.» Thomas Steffen conseille d'évacuer le stress en faisant du sport. «Moins utiliser son natel ne ferait pas du mal nonplus», a-t-il ajouté.

Vaccin contre le sida

L'étude a également démontré que les jeunes bâlois boivent davantage d'alcool: 28% ont affirmé avoir déjà été ivres. Ce qui fait 7% en plus qu'en 2006. Près de 26% des ados ont par ailleurs déjà fumé un joint, alors qu'ils n'étaient que 21% six ans en arrière. Mais ce qui choque le plus, c'est le manque de connaissances des jeunes en matière de sexe: presque une personne sur trois pense qu'il existe un vaccin contre le sida. En ce qui concerne la syhphilis, ils sont même quatre sur cinq à croire qu'une simple injection suffit pour se protéger contre cette infection.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!