Près de 139 milliards de dépenses sociales en 2006
Actualisé

Près de 139 milliards de dépenses sociales en 2006

L'augmentation des dépenses pour la protection sociale a été légèrement freinée en 2006.

La facture s'est élevée à près de 139 milliards de francs, en hausse de 2,3% par rapport à l'année précédente. Le taux de croissance est le plus bas enregistré depuis 1999, principalement en raison du recul des dépenses pour l'assurance chômage.

Une progression constante des dépenses a été observée depuis 1970, rappelle lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le vieillissement démographique et l'adaptation périodique des rentes sont parmi les raisons de cette évolution.

En 2007, les dépenses ont crû de 2,3%, principalement en raison de hausses pour l'assurance accident, l'assurance obligatoire des soins et la prévoyance professionnelle. Les dépenses de l'assurance chômage ont en revanche diminué. Celles de l'assurance invalidité sont restées stables.

Les recettes de la protection sociale ont parallèlement augmenté de 0,8% pour atteindre 161,3 milliards de francs. Cette progression résulte surtout de l'évolution des marchés boursiers, qui déterminent les revenus de la propriété réalisés par les caisses de pensions.

Les risques de la vieillesse, de la maladie et de l'invalidité représentent ensemble plus des quatre cinquièmes des prestations sociales. Quelque 44% des prestations sont allouées à la prévoyance vieillesse et 27% au domaine des soins. Suivent les prestations en faveur de l'invalidité, qui représentent 12,4% du total, selon l'OFS. Les prestations restantes vont aux survivants, aux familles et aux enfants, ainsi qu'aux chômeurs. Les prestations liées à l'exclusion sociale et au logement représentent respectivement 2,9% et 0,6%.

La majeure partie des prestations de la protection sociale se font sous forme de rentes. Plus de la moitié des recettes globales proviennent des employeurs et des employés. Les patrons contribuent à hauteur de 29% et les travailleurs à hauteur de 22%. Les primes d'assurance maladie constituent 9,9% des revenus. Les pouvoirs publics contribuent pour plus de 22% aux recettes de la protection sociale.

Les revenus de la propriété représentent une part de 15%. Selon l'OFS, ce pourcentage élevé, en recul toutefois par rapport à 2005, montre le rôle central que jouent dans le système suisse de protection sociale les caisses de pensions financées en premier lieu par le système de capitalisation. (ap)

Ton opinion