Suisse: Près de 150.000 travailleurs pauvres
Actualisé

SuissePrès de 150.000 travailleurs pauvres

Les familles avec plusieurs enfants sont les plus concernées. Le taux de «working poor» a légèrement diminué entre 2000 et 2007. Il réagit cependant à la conjoncture avec un décalage, a relevé mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2007, 4,4% des actifs occupés vivant dans un ménage dont le volume cumulé de travail de ses membres représente au moins 36 heures par semaine étaient considérés comme des «travailleurs pauvres». Cela représente quelque 147.000 personnes. Environ 380.000 personnes, ou 8,8% des 20-59 ans, pouvaient être qualifiés de pauvres. Les «working poor» représentaient donc environ 39% de ces derniers.

Entre 2000 et 2007, le taux de «working poor» est passé de 5% à 4,4%. La conjoncture économique favorable entre 2000 et 2002 a contribué à cette amélioration. L'OFS relève que ce taux réagit à la conjoncture avec un certain décalage.

Les familles avec au moins trois enfants sont particulièrement concernées, puisque, dans cette catégorie, le taux de «working poor» était de 18%. Les actifs n'ayant effectué que la scolarité obligatoire et une formation élémentaire étaient aussi davantage touchés (12,5%), de même que les indépendants sans employé (10,7%) et les personnes élevant seules leurs enfants (9,9%). Les étrangers (7,9%) étaient deux fois plus frappés que les Suisses (3,3%) et les hommes (4,6%) légèrement plus que les femmes (4,1%).

En Suisse, le seuil statistique de pauvreté se monte à 2.200 francs par mois pour les personnes vivant seules et à 3.800 francs pour les ménages monoparentaux avec deux enfants de moins de 16 ans. Il est de 4.600 francs pour les couples avec deux enfants. Ces valeurs moyennes nationales recouvrent le loyer, la prime d'assurance-maladie, un forfait pour l'entretien et 100 francs par membre du ménage ayant 16 ans révolus. (ap)

Ton opinion