Berne: Près de 2000 réfugiés d’Ukraine ont trouvé du travail en Suisse

Publié

BernePrès de 2000 réfugiés d’Ukraine ont trouvé du travail en Suisse

Notre pays a accueilli 58’000 réfugiés depuis le début du conflit en Ukraine. Près de 2000 d’entre eux ont désormais trouvé du travail.

La plupart des réfugiés ont trouvé du travail dans la restauration.

La plupart des réfugiés ont trouvé du travail dans la restauration.

AFP

Des dizaines de milliers d’Ukrainiens sont arrivés en Suisse ces derniers mois. Il y a déjà plus de 58’000 réfugiés enregistrés dans le pays. Selon les chiffres du Secrétariat d’État aux migrations (SEM), environ 32’000 des réfugiés ukrainiens sont des personnes âgées de 18 à 64 ans capables de travailler. Parmi eux, un peu plus de 2000 ont déjà trouvé un emploi, le taux d’activité s’élevant à 6,3% révèle la «NZZ».

Selon le porte-parole du SEM Lukas Rieder, le fait que ce taux ne soit pas plus élevé s’explique par le fait que près de 80% des réfugiés aptes à travailler sont des femmes. «Beaucoup d'entre elles doivent s’occuper d’enfants», explique Lukas Rieder. De plus, dans une première phase, il s’agit de permettre aux gens de trouver leurs marques et de s’intégrer.

Dans la restauration avant tout

Selon les statistiques, un bon cinquième des réfugiés actifs travaille dans la gastronomie, 16% dans la planification, le conseil et l’informatique. Dix pour cent ont trouvé un emploi dans l’agriculture et dix pour cent dans l’enseignement.

Disparités cantonales

Les cantons les plus peuplés sont ceux qui ont accueilli le plus de personnes. Il existe toutefois des écarts par rapport à la clé de répartition du SEM, qui se base sur le nombre d’habitants. Ainsi, le canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures a accueilli nettement plus de personnes avec un statut de protection S qu’il ne le devrait. Le Tessin et Bâle-Ville supportent également des charges plus importantes que prévu. En revanche, c’est le contraire pour le Valais, Glaris ou Obwald.

La situation en Appenzell s’explique par le fait que le canton a offert de nombreuses infrastructures pour les enfants orphelins. De plus, le nombre total de réfugiés n’est pas exact car les nouveaux arrivants ont 90 jours pour se déclarer.

(jbm)

Ton opinion