Japon: Près de 300 milliards de francs pour relancer l'économie
Actualisé

JaponPrès de 300 milliards de francs pour relancer l'économie

Le gouvernement japonais a annoncé mardi l'adoption d'un nouveau plan de relance de l'économie totalisant 24'400 milliards de yens (276 milliards de francs).

Là-dessus, 7200 milliards de yens (82 milliards de francs) sont prévus pour les dépenses directes.

«Le gouvernement a décidé des mesures économiques d'urgence», a annoncé le porte-parole de l'exécutif, Hirofumi Hirano, lors d'une conférence de presse à l'issue d'un conseil des ministres.

Une rallonge budgétaire de 4200 milliards de yens sera notamment destinée à financer des mesures politiques, selon Dow Jones Newswires, citant des sources gouvernementales.

Ces mesures consistent notamment en des aides à l'emploi, des subventions aux appareils ménagers et nouveaux immeubles respectueux de l'environnement. De plus, les mesures déjà en vigueur pour inciter à l'achat de voitures économes en carburant seront prolongées.

Par ailleurs, l'Etat japonais allouera 3000 milliards de yens aux collectivités locales pour compenser la baisse de leurs revenus fiscaux.

Le reste du montant global du plan, soit plus de 17'000 milliards de yens (193 milliards de francs), correspond à des garanties, des prêts et d'autres dispositions n'impliquant pas forcément des dépenses réelles de la part des pouvoirs publics.

Soutenir l'activité intérieure

Cette rallonge budgétaire est la première décidée par le premier ministre de centre-gauche Yukio Hatoyama depuis son arrivée au pouvoir en septembre. Elle s'appliquera au reste de l'année budgétaire 2009-2010, qui s'achève fin mars.

Le précédent gouvernement conservateur de Taro Aso avait déjà fait adopter un plan de relance exceptionnel pour l'exercice en cours, avec des dépenses de quelque 15'000 milliards de yens (170 milliards de francs), partiellement annulées par son successeur.

A travers ces mesures, le gouvernement veut éviter une rechute de l'économie japonaise dans la récession en soutenant l'activité intérieure. La demande extérieure constitue le principal moteur du début de reprise constaté depuis quelques mois.

Durement frappé par la crise économique mondiale, le Japon a traversé pendant un an, d'avril 2008 à mars 2009, sa pire récession depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Un fragile redémarrage est constaté depuis, mais la déflation et le yen fort continuent à handicaper l'économie de l'archipel.

(ats)

Ton opinion